vendredi 23 juin 2017

Le moteur M88 du Rafale pour le démonstrateur du drone FCAS


Le programme FCAS franco-britannique avance. En effet, le choix du moteur aurait été fixé s'agissant du démonstrateur de drone de combat prévu pour 2025. Il s'agira d'un matériel bien connu, le M88, moteur du Rafale.

Illustration: le Future Combat Air System, c'est un drone de combat, mais plus globalement, un système complet incluant les chasseurs actuels comme le Rafale, et probablement les avions du futur - Vue d'artiste, Master Films.

Selon Aviation Week, qui cite des responsables du programme FCAS (Future Combat Air System) au salon du Bourget le France et le Royaume-Uni ont décidé de recourir au moteur M88 de Safran, le même qui équipe (x2) les Rafale de Dassault Aviation.

Un dérivé du moteur sera développé pour être utilisé sur les deux démonstrateurs de drone de combat. Ces derniers ne devraient comporter (tout comme leurs aïeux les prototypes NEURON et TARANIS, ou encore le X-47B américain) qu'un seul moteur. Entre un chasseur et un drone en effet, les exigences ne sont pas du tout les mêmes. Ce qu'on demande au drone, c'est d'être avant tout discret et endurant. Je schématise.

Les deux motoristes en charge sur le programme FCAS sont Safran et Rolls Royce. Il est convenu que ce couple conçoive à part égale un moteur pour le drone de combat. Il est cependant très vite apparu que le M88 comportait des facilités de conception permettant son adaptation rapide au projet.
Par ailleurs, le M88, qui permet une poussée de 7,5 tonnes, pourrait éventuellement à court ou moyen terme voir sa puissance augmenter jusqu'à 8 ou 9 tonnes de poussée. Chose qui bénéficierait en premier lieu vous le devinez... au Rafale. C'est même une demande qui fut émise par des clients export.

Le programme franco-britannique FCAS, initié par les accords de Lancaster House en 2010, en est aujourd'hui au stade de l'étude de faisabilité ("Phase 0"). Les deux pays se sont lancés dans un investissement de deux milliards d'euros pour développer ce drone de combat.
Attention, il ne faut pas le confondre avec le FCAS voulu par Airbus, dont nous parlions ici la semaine dernière, qui n'en est encore lui qu'au stade de concept.
Fin 2017, une nouvelle phase du programme débutera ("Phase 1"), et verra les nombreux acteurs du programme entamer la phase préliminaire de conception et de développement qui devrait durer entre trois et quatre ans.

Ce drone, qui sera normalement opérationnel d'ici 2030, sera la première pierre d'un système de combat aérien plus large qui intégrera au final (2040 ?) un nouvel avion de combat de sixième génération, espérons le européen.
A ceux qui se poseraient la question, cela n'interdit absolument pas le F-35, avion américain de 5ème génération qui a déjà un pied en Grande-Bretagne (et en Italie, aux Pays-Bas, et peut-être même bientôt en Pologne et en Espagne, voire en Allemagne !) d'intégrer le FCAS. Les britanniques ont pris en compte cette éventualité.

Et le drone, intéresse désormais de plus en plus la Marine Nationale, dont le Chef d'Etat Major, l'amiral Prazuck, vient d'annoncer ouvertement qu'il enviait les travaux de l'US Navy sur le X-47B, drone de combat capable d'apponter sur un porte-avions.  La Marine a d'ailleurs rejoint le programme FCAS en 2015.
On se rappellera aussi qu'à l'été 2016, le démonstrateur Neuron de Dassault avait mené des essais en mer, dans l'environnement du Charles de Gaulle. Pas de méprise attention, on parle ici d'essais en vol, le drone n'est pas conçu pour apponter ou même décoller du porte-avions français.

Lire sur le blog: Le drone de combat NEURON débute ses essais en mer


Le développement de ce drone enfin, permettra de travailler sur des domaines de pointe, comme l'intelligence artificielle, les radars, les liaisons de données... des domaines dont les retombées irrigueront le Rafale lui-même dans ses standards futurs, à commencer par le F4.


Et justement, encore un mot pour vous renvoyer vers le JDef du 21 juin qui fait la part belle aux nouvelles technologies:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire