lundi 4 septembre 2017

#UED2017 Un automne déterminant pour la Défense Nationale


L'ensemble des acteurs français de la Défense Nationale entame en cette rentrée de septembre un automne absolument déterminant pour l'avenir stratégique du pays. Après un été terriblement marqué par l'orage "CEMA" du mois de juillet, l'automne s'annonce très chaud.

Lundi 4 septembre marque la rentrée pour le monde de la Défense. La Ministre des Armées Florence Parly, les parlementaires des commissions en charge des affaires de défense du Sénat et de l’Assemblée Nationale, le Chef d’état-major des Armées et le Délégué Général pour l’Armement, les chefs d’états-majors d’armées...  mais également les hauts responsables militaires et civils de la défense et les industriels inaugurent sur le pont du BPC Mistral à Toulon la 15ème Université d'été de la Défense.
Cette année, le thème majeur sera la mer et ses enjeux stratégiques et industriels. C'est donc tout naturellement que la base de Toulon accueille l'événement.

La fin du mandat de François Hollande, puis la campagne présidentielle et son épilogue... tout laissait penser que l'heure était - enfin - venue pour des années fastes pour la défense française. Seulement la crise historique, ou "tempête dans un verre d'eau" (cela dépend du commentateur), qui a conduit à la démission du CEMA au mois de juillet a institué une période de doutes profonds.

Quel sera l'impact des coupes budgétaires de 2017 ?  La vraie mesure de l'augmentation des budgets promises par le Président Macron sur la période 2018-2025 ? Sera t-elle à peine suffisante pour sauver les meubles, ou marquera t-elle un regain d'ambition ?

Si l'UED 2017, avec sa thématique maritime, lance des questionnements fondamentaux sur le contrôle des frontières, la place de la France dans une Asie sous tension, les technologies de la robotique et du cyber, ou bien encore la modernisation de la dissuasion, on se doute d'ores et déjà que les tensions de cet été seront toujours dans les têtes. Il s'agira donc de vite savoir passer à autre chose, car l'automne qui arrive sera déterminant.

Contrairement à une idée largement répandue, ce n'est pas la menace terroriste qui commande le destin des capacités militaires françaises. Si cette dernière est certes citée comme priorité de la diplomatie française, c'est bien l'instabilité internationale dans son ensemble, de la Syrie à la Corée du Nord, qui nous rappelle que le format des armées doit être pérennisé, et mieux que cela, renforcé. La défense de la France se jouera sur la terre, dans les airs, en mer, mais aussi dans l’espace et sur les réseaux numériques. Il n'y a rien de vraiment nouveau dans tout cela.

La revue stratégique dont le Député européen (LR) Arnaud Danjean, spécialiste des questions de défense, dirige actuellement la rédaction, sera rendue avant la fin de l'année. Elle devrait nous proposer un format capacitaire renforcé pour les armées, revoir les concepts de sécurité intérieure (revoir Sentinelle en fait), insister sur l'importance de notre BITD, préciser le calendrier des futurs programmes d'armement (Rafale, HIL, Scorpion, drones...) ou encore on l'espère nous donner des pistes sur le ou les futurs porte-avions français.

Suivra le débat sur la nouvelle Loi de Programmation Militaire, et la fameuse route vers les 2% du PIB en 2025, qui, soyons honnêtes, seront difficile à atteindre en l'état actuel de la croissance française. Quoiqu'il en soit, cette LPM sera dans son détail absolument déterminante pour l'avenir.

C'est probablement son rôle sur l'échiquier stratégique mondial pour les 30 prochaines années que la France va devoir définir au cours l'année qui se présente. En soi, c'est donc un des enjeux majeurs de la présidence Macron.

Cette rentrée s'annonce donc plus que studieuse. La place n'est plus aux tumultes.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire