lundi 23 octobre 2017

Douze Rafale de plus pour l'Egypte cette semaine ?


Le Président égyptien Abdel Fattah al Sissi arrive en France ce lundi, où il rencontrera Emmanuel Macron. Des contrats pourraient tomber dans l'armement,  et la rumeur voudrait que l'Egypte soit en passe de lever l'option portant sur l'achat de 12 Rafale supplémentaires. Cette option est en effet comprise dans son contrat signé en février 2015 pour 24 appareils. L'Egypte avait été le premier client du Rafale.

Image: l'un des trois premiers Rafale égyptiens à l'été 2015, en sortie d'usine à Mérignac (33) - AFP.


Rappelez vous: à l'hiver 2015, l'Egypte devenait le premier client export du Rafale, dernier né dans la famille des avions de combat de Dassault Aviation. Enfin, après une décennie d'échecs commerciaux (surtout politiques en vérité), le fleuron français trouvait preneur. Le début d'une belle série qui l'amenait ensuite au Qatar et en Inde.
L'Egypte optait donc pour 24 Rafale, avec une option pour 12 appareils supplémentaires. Ce sont ces derniers qui sont aujourd'hui sur la table durant la visite du controversé président Abdel Fattah al Sissi.

Cette hypothèse est préparée en amont depuis des semaines à Paris, où les hauts gradés et fonctionnaires du Caire se relaient.

Comme "toujours" lors de ce genre de visite officielle d'un gros client industriel, les grandes maisons françaises espèrent de grosses retombées économiques.
Dans l'armement, sont évoqués un contrat d'environ 200 millions d'euros en satellite de télécoms (Airbus Space Systems et Thales Alenia Space), 2 nouvelles corvettes Gowind et une FREMM (ce qui ferait la 2ème frégate multimissions égyptienne), des drones tactiques Patroller de Safran, des missiles MBDA, et enfin chez Airbus, 36 hélicoptères NH90 et une dizaine de transporteur A400M.
Oui la liste est longue, et ambitieuse.

[MAJ] La Tribune croît savoir cependant ce lundi matin que la levée de l'option égyptienne pour ces 12 Rafale est bloquée par le ministère de l'économie. Bercy bloque en effet tous les contrats avec l'Egypte, militaires ou civils, en raison d'incertitudes sur les facilités de paiement du pays. On se rappellera d'ailleurs à ce titre les montages financiers réalisés à l'époque entre BPI France et l'Arabie Saoudite pour le premier contrat en Egypte.
Des éclaircissement seront donc nécessaires durant la visite officielle des autorités du Caire.

Dans le même temps, la ministre des armées Florence Parly se rend en Inde, où on parle d'avancées portant potentiellement sur, très concrètement, 93 Rafale (36 supplémentaires pour l'Indian Air Force, le reste pour l'aéronavale). A suivre cette semaine.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire