mardi 28 novembre 2017

Compétition officielle pour le futur chasseur finlandais


Un pas de plus vers la procédure officielle. La Finlande s'apprête début 2018 à inviter les principaux avionneurs occidentaux à se lancer dans la procédure d'appel d'offres qui aboutira au renouvellement de sa flotte de combat. En jeu, une soixantaine de chasseurs. 

Photo: des Rafale français en Scandinavie, en Norvège lors de l'exercice Arctic Thunder en 2014. Crédits O.Ravenel/Armée de l'air.


On en parle depuis des années, Dassault prospecte en Finlande pour son Rafale (voir lien ci-dessous). Le pays scandinave, frontalier de la Russie, doit en effet d'ici 2030 renouveler sa flotte de 64 F/A-18 Hornett, dont il est équipé depuis 1992.

Sur le blog: Dassault peut s'avancer en Finlande... et ne craint pas le F-35


Le ministère de la défense prévoit d'envoyer début 2018 des invitations à candidater au futur appel d'offres pour l'achat de 64 nouveaux avions de combat.
Les différents rapports précédent cet appel d'offres ont permis d'arriver à la conclusion que malgré la disponibilité sur le marché d'appareils plus polyvalents et performants, le besoin restait le même, à savoir 64 appareils.
Le Parlement devrait allouer à ce programme entre 7 et 10 milliards d'euros, une somme jamais engagée par le pays jusqu'à ce jour.

Les heureux élus sont, sans surprise aucune, Boeing avec son F-18, Lockheed Martin pour le F-35, Dassault Aviation en France avec le Rafale, Airbus/BAE pour l'Eurofighter, sans oublier enfin le voisin suédois Saab et son Gripen.
Après des années de "séduction", les candidats sur ce marché stratégique (Europe & frontière russe) vont enfin pouvoir s'élancer dans la compétition officielle. La tâche du choix final reviendra au nouveau gouvernement qui aura pris ses fonctions en 2019, et n'est pas attendue avant 2021.

On se souvient de l'épisode comique du mois de juillet, où le Président américain Donald Trump, en visite officielle à Helsinki,  avait quasiment mis le dirigeant local Sauli Niinistö devant le fait accompli, en annonçant  que la Finlande faisait le choix des avions de chasse américains. Affirmation démentie par la suite par l'exécutif finlandais.

Toute la problématique, c'est bien sûr la position finlandaise vis à vis des USA et de l'OTAN (dont elle n'est pas membre), et donc du voisin russe.
Rappel historique: la Finlande fêtera le 6 décembre prochain le centenaire de son indépendance, obtenue à l’issue de la Révolution d’octobre 1917. Le Grand Duché de Finlande avait alors profité de l'effondrement de l'Empire Russe pour proclamer son indépendance. Un siècle plus tard, la méfiance vis à vis du puissant voisin est toujours de mise.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire