jeudi 5 avril 2018

Déjà 20 000 heures de vol pour les drones Reaper de l'Armée de l'air


En appui des opérations françaises menées dans la bande sahélo-saharienne, le détachement de drones Reaper de l'escadron 1/33 Belfort vient de passer la barre symbolique des 20 000 heures de vol. Arrivés en 2014 dans l'Armée de l'air, les MQ-9 sont de véritables bêtes de somme !

Sources : État-major des armées - Ministère de la Défense


L'Etat Major de Armées annonce fièrement le dépassement du cap symbolique des 20 000 heures de vol pour ses drones de renseignement MQ-9 Reaper. 
Ce sont 25 aviateurs qui mettent en œuvre ces cinq drones Reaper (le 6ème est à Cognac, base de l'escadron Belfort) sur la base aérienne projetée de Niamey, au Niger. "Pilotes, opérateurs capteurs, coordinateurs tactiques, opérateurs images et mécaniciens se relaient 24h/24 afin d’apporter le renseignement nécessaire aux différents postes de commandement et aux autorités décisionnaires pour conduire et planifier les opérations", nous raconte l'EMA.

"L’expertise des équipages et la qualité des capteurs font du système Reaper un élément souvent décisif. Après plusieurs années de montée en puissance soutenue de cette nouvelle capacité ISR (Intelligence, surveillance & reconnaissance) dans l'Armée de l'Air, le détachement drone de la force Barkhane est aujourd’hui un élément essentiel du dispositif militaire français au Sahel."


Aussi, le chef du détachement déclare: « Face à l’immensité du théâtre sahélo-saharien, la capacité ISR des drones Reaper s’inscrit au cœur de la manœuvre aérienne et complète les autres capteurs. Les précieuses informations qu’ils fournissent permettent un renseignement très précis et offrent une capacité unique dans les armées françaises d’analyser les informations immédiatement. Cet avantage permet aux autorités décisionnaires de réorienter l'action en temps réel. » Il conclut : « Le Reaper a définitivement remplacé son prédécesseur, le drone Harfang, et s’impose désormais comme un élément clé et incontournable des opérations en BSS. »

Ces 20 000 de vol ont été atteintes bien rapidement, et pour cause, il y a quasiment toujours un Reaper de l'Armée de l'air en vol aujourd'hui, et ce alors qu'elle n'en possède que six exemplaires. Six autres sont attendus dans les prochaines années, et ceux-ci devraient être armés.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire