jeudi 28 juin 2018

Retour sur l'exercice franco-britannique Catamaran 2018


De la fin mai à la mi juin se déroulait sur la côté atlantique un exercice franco-britannique d'envergure stratégique: "Catamaran 2018". Près de 2000 hommes étaient réunis autour d'une quinzaine de bâtiments de guerre afin de s'entraîner au débarquement et à la pénétration d'un territoire en profondeur. Cela dans le but de valider la constitution d'une force expéditionnaire commune à l'horizon 2020. 

Images: Marine Nationale, Préfecture du Morbihan. Vidéos: Marine Nationale, Sud Ouest, Navy Recognition.


Malgré le Brexit (le bilatéral est de toute façon une façon de faire privilégiée outre-Manche), la France et le Royaume-Uni restent deux puissances équivalentes aux intérêts relativement concordants. C'est ainsi que dans le cadre du Traité de Lancaster House, conclu en 2010, Français et Britanniques continuent de s'entraîner et de mettre au point une force expéditionnaire commune, censée être pleinement opérationnelle en 2020.

C'est tout l'intérêt de l'exercice Catamaran, qui a lieu à intervalle régulier. Cette année, 2 000 hommes et femmes de la Marine nationale, l’Armée de terre, la Royal Navy et la Royal Air Force ont ainsi manœuvré pour planifier et conduire une opération amphibie vers la terre dans un environnement comportant une menace aérienne et sous-marine. En somme, un débarquement.


Du 1er au 15 juin 2018 autour de La Rochelle puis dans le Morbihan, 14 bâtiments de guerre des deux pays constituaient la Task Group 471.01 sous le commandement du contre-amiral Olivier Lebas et du Général de brigade Pierre Schill, commandant les troupes embarquées. 
Le BPC Tonnerre était le navire amiral de la force qui comportait également la frégate Jean-Bart, les BCR Somme et Marne la frégate La Motte-Piquet, la FREMM Aquitaine et trois bâtiments britanniques. 
La composante aérienne était fournie par la Marine nationale, l’aviation légère de l’Armée de terre, l’armée de l’Air et la Royal Air Force.

Plus en détail (source: dossier de presse), et sans toutes les citer, on retrouvait les unités suivantes: un détachement de transmissions de la 9e compagnie de commandement et de transmissions de Marine (9e CCTMa) stationné à Poitiers; le 1er RIMa stationné à Angoulême avec des engins blindés roues/canon de type AMX10RC pour compléter le TC2, un escadron AMX10 RC avec trois pelotons sur AMX10RC, un peloton de reconnaissance et d’investigation; le 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC) avec 4 hélicoptères de manœuvre et d’assaut et 2 hélicoptères d’attaque... Les anglais déployaientt eux notamment 2 hélicoptères lourds Chinook.


L'exercice s'est étalé sur plus de 15 jours, sur une grande partie de la façade atlantique (chronologie ci-dessous). Une parfaite coordination des moyens et des procédures a pu être constatée par les responsables militaires et politiques présents. 
Les observateurs britanniques ont notamment pu regretter que la Royal Navy se passe de BPC (et des EDAR qui vont avec), alors qu'elle vient de se séparer du HMS Ocean, qui a pris le chemin du Brésil.

Chronologie officielle de l'exercice CATAMARAN 2018:
  • 25 mai 2018 : appareillage de la composante navale française de Toulon. 
  • du 1er au 2 juin 2018 : acheminement de la force terrestre par voie routière et ferroviaire puis embarquement sur les navires au port de La Rochelle ; 
  • du 2 au 5 juin 2018 : phase d’entrainement technique du personnel entre La Rochelle, l’île de Ré et l’île d’Oléron ; 
  • du 6 au 8 juin 2018 : phase de répétition tactique de la mise à terre sur l’île de Ré ou l’île d’Oléron ; phase de renseignement tactique par les forces avancées, entre le littoral breton et le camp de Coëtquidan ; 
  • du 8 juin au 13 juin 2018 : phase d’exercice en terrain civil, qui débutera par un débarquement amphibie entre Quiberon et Sarzeau à partir du 8 juin, se poursuivra par une manœuvre mobile vers les camps de Meucon et de Coëtquidan jusqu’au 12 juin. Cette phase se clôturera par une nouvelle manœuvre mobile vers les plages pour conduire un rembarquement, qui sera achevé le 14 juin.

Ce qui nous intéresse particulièrement bien sûr sur Pax Aquitania, ce fut la présence inédite dans un premier temps de la force amphibie autour des îles de Ré, et d'Oléron. Sud Ouest en a d'ailleurs rapporté quelques images.










Aucun commentaire:

Publier un commentaire