lundi 30 septembre 2019

Un budget 2020 des Armées toujours sur les bons rails


Le projet de loi de finances 2020 prévoit, comme planifié, une hausse du budget de la défense de 1,7 milliard d'euros, soit la plus forte de tous les ministères (4,5%). Le budget du ministère des Armées s'établira donc à 37,5 milliards d’euros.

Ci-dessus: les nouveaux matériels changent la donne en opérations. Ici un A400M réalise en septembre 2019 un largage de 30t de matériel au Sahel - Armée de l'air


Pour l'instant, la progression se déroule comme prévu. Engagement présidentiel en 2017, le budget des Armées est sur les rails des 2% du PIB (objectif 2025), qui est la norme "de performance" OTAN, mais également reconnue assez unanimement par les spécialistes du secteur stratégique.

Pour revoir un tel budget que celui de 2020, il faut remonter presque 30 années en arrière, dans un contexte de fin de Guerre Froide. Un budget qui s'explique aujourd'hui par un regain des tensions (ou du moins, de concurrence) entre les grandes puissances de la planète, tout cela dans un contexte de ruptures technologiques. La rupture stratégique elle, notamment en zone Pacifique, n'est donc pas à exclure.

Quoiqu'il en soit, avec cette hausse de 1,7 milliard d’euros du budget de la défense, le gouvernement français tient jusque là ses engagements. Des engagements que la conjoncture économique ou politique pourra mettre en péril avant 2025 (la crise des gilets jaunes n'aura d'ailleurs eu aucun impact sur la défense, pour le moment sanctuarisée).

Commentons brièvement ce budget 2019 grâce aux éléments de communication du MINARM:

Il s'agit de rappeler que cette augmentation était demandée depuis des années, en raison notamment de l'état de vieillissement des équipements. 
Cette Loi de Programmation Militaire permet dans l'Armée de terre d’accélérer le programme SCORPION et le renouvellement du matériel. 2019 et 2020 voient arriver les premiers Griffon (depuis cet été), et le blindé léger Jaguar. 
Dans la Marine, comme pressenti depuis quelques semaines, le ministère a annoncé la commande prochaine de trois avions de surveillance américains Grumman E-2D Hawkeye. 


Le Suffren, sous-marin nucléaire d'attaque dernier cri dévoilé en juillet, entrera en service l'an prochain. L'Armée de l'air recevra des Mirage 2000D rénovés qui verront donc 2030, ainsi qu'un troisième ravitailleur MRTT, et deux nouveaux A400M. Des avions si précieux pour garantir nos ambitions.

Au total, les crédits équipements, les plus importants tous ministères confondus (l'information est mal connue, mais le MINARM est le premier acheteur du pays !), augmentent de 1,7 milliard d'euros.

Comme d'habitude, le budget OPEX est régulièrement mis en avant, et tous les ans, à l'été, remis en cause par Bercy en raison du coût forcément fluctuant des opérations. Avec 1,2 milliard d'euros, il est en théorie à l'abri... jusqu'à l'été prochain.
Cependant, 2020 pourrait voir la fin du déploiement sur l'opération Chammal au Levant (lutte contre Daesh et soutien à l’armée irakienne). Pour Barkhane au Sahel il parait aujourd'hui impossible de prédire l'avenir, même à court terme, tant l'instabilité sembler régner en BSS.

Un mot sur le plan famille, qui semble tenir à cœur pour la ministre Florence Parly. Il bénéficiera de 80 millions d'euros. Dans l'ensemble, cette LPM doit largement améliorer les conditions de vie des militaires.
Enfin, l'innovation et le spatial sont à l'honneur ! L'AID, agence de l'innovation de défense, se dirige vers un budget à 1 milliard d'euros. Ses résultats ne se font pas attendre et à peine un an après sa création, l'agence dirigée par Emmanuel Chiva est déjà un modèle qui intéresse nos voisins européens.

S'agissant de l'espace, nous évoquons régulièrement le sujet sur ce blog. Le secteur est devenu une grande priorité stratégique nationale.
Pour le modèle, il en va de même, le Commandement de l'Espace créé en ce mois de septembre à Toulouse pourrait bien rapidement faire des petits chez nos partenaires européens.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire