mercredi 9 octobre 2019

L'Inde devient officiellement la 4ème nation à posséder le Rafale


Ce mardi 8 octobre 2019, le premier Rafale indien a été perçu par les autorités lors d'une cérémonie à Mérignac, lieu d'assemblage du chasseur de Dassault Aviation. L'Inde devient ainsi le quatrième pays à officiellement posséder le Rafale, après l'Egypte, le Qatar, et bien sûr le France. L'Inde a commandé 36 Rafale en 2016, mais de nouvelles commandes pourraient suivre rapidement.


L'aboutissement d'un dossier qui remonte à 2012 ! La cérémonie bordelaise de ce mardi était présidée par Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation, sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur Shri Rajnath Singh, ministre indien de la Défense, et de Madame Florence Parly, ministre des Armées de la République française. Le CEMAA français, le général Lavigne, était également présent, ainsi que plusieurs officiers de haut-rang de l'Indian Air Force.

S'il s'agit du premier Rafale, sur 36, officiellement livré à l'Indian Air Force (dans les faits il l'a été le 19 septembre), les équipages et mécaniciens sont déjà au travail à Mérignac cet automne, et les vols de formation ont commencé. Les premiers Rafale n’arriveront en Inde qu'au printemps 2020, pour constituer le 17e escadron « Golden Arrows », à Ambala.

Le partenariat ne s'arrête pas là. L'avionneur rappelle dans un communiqué que la construction de l’usine de production de la JV Dassault-Reliance Aerospace Ltd (DRAL) à Nagpur, ainsi que le soutien massif à la politique éducative et scientifique du Gouvernement indien au travers de l’implantation d’un centre d’ingénierie à Pune, de la création de la « Dassault Skill Academy » et de la mise en place d’un programme de formation professionnelle au métier d’ajusteur structures et équipements aéronautiques, sont autant d’initiatives qui démontrent l’engagement total de Dassault Aviation envers les politiques « Make in India » et « Skill India » et qui jettent les bases d’un écosystème national appelé à devenir, au niveau mondial, une référence pour le secteur de l’aéronautique et de la défense.
Soutenue par les partenaires de Dassault Aviation, Thales déjà présent à Nagpur, Safran qui inaugurera un établissement à Hyderabad, ainsi que par la communauté des entreprises françaises d’aéronautique et de défense, dont une vingtaine sont déjà implantées en Inde, cette approche profitera aux industries à la fois indienne et française, et contribuera à aider les deux pays à relever les défis aéronautiques de demain.

Et le « Make in India » sera probablement au centre des futures coopérations entre la France et l'Inde.

En effet, la relation bilatérale avec l'Inde est au cœur de la stratégie française en région Indo-Pacifique. De plus, les besoins de New Delhi en matière d'armement, et précisément d'avions de combat, sont quasi-immédiats, et considérables.

C'est ainsi que plusieurs contrats Rafale pourraient suivre, y compris pour le Rafale Marine, l'aéronavale indienne recherchant 57 appareils. L'Indian Air Force, elle, aurait besoin d'au moins 110 autres Rafale (le chiffre total de 200 est régulièrement évoqué). 
Les rumeurs insistantes font état d'une possible signature pour 36 nouveaux appareils lors de la visite d'Emmanuel Macron en Inde, prévue pour janvier 2020. Des Rafale cette fois assemblés localement, au moins pour partie.

Export toujours, la formation et les livraisons sont toujours en cours pour le Qatar (36 Rafale), et l'avion est en lice en Suisse (une trentaine) et en Finlande (60). Des dossiers qui ne devraient pas se décanter avant un peu plus d'un an, mais où les chances sont réelles.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire