mardi 26 novembre 2019

Drame effroyable au Mali avec la collision de deux hélicoptères du 5ème RHC


Un accident dramatique a eu lieu ce lundi 25 novembre 2019 lors d'une opération contre les groupes djihadistes au Mali, lorsque deux hélicoptères de l'opération Barkhane sont entrés en collision. Le bilan est particulièrement lourd pour l'Armée de Terre, puisque 13 militaires français ont été tués. Les hélicoptères appartenaient au 5ème RHC de Pau.


L'information a été rendu publique, exceptionnellement, par un communiqué de l'Elysée, débutant par ces mots: 

Le Président de la République annonce avec une profonde tristesse la mort de treize militaires français survenue au Mali dans la soirée du lundi 25 novembre 2019, dans l’accident de leurs deux hélicoptères, lors d’une opération de combat contre des djihadistes.
Treize militaires français engagés au sein de l'opération Barkhane sont donc morts lundi 25 novembre en début de soirée au Mali lors d'un accident entre deux hélicoptères, un Tigre et un Cougar du 5ème Régiment d'Hélicoptères de Combat (régiment, comme les lecteurs de ce blog le savent bien, basé à Pau).

Une enquête est ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame, mais un communiqué de l'EMA précise que, "selon toute vraisemblance, un abordage entre ces deux aéronefs évoluant à très basse altitude serait à l'origine de l'accident. Ils participaient à une opération d'appui aux commandos de la force Barkhane qui étaient au contact de groupes armés terroristes".

L'opération comprenait des commandos au sol, appuyés par des hélicoptères et une patrouille de Mirage 2000. 
A bord du Tigre, le pilote et son tireur. A bord du Cougar, l'équipage (5 membres) ainsi que six commandos de montagne et un chef de mission.

Suite à la collision, une opération de secours et de sécurisation de la zone d'accident a été mise en oeuvre, et était toujours en cours ce mardi matin.

Dans cet accident gravissime, quatre régiments payent un lourd tribu au service de la France:
  • Le 5e RHC perd 7 hommes: les capitaines Nicolas Mégard, Benjamin Gireud et Clément Frisonroche, les lieutenant Alex Morisse et Pierre Bockel, ainsi que l’adjudant-chef Julien Carette et le brigadier-chef Romain Salles de Saint Paul.
  • Le 4e Régiment de chasseurs, 4 hommes:  capitaine Romain Chomel de Jarnieu, maréchal des logis-chef Alexandre Proton, Antoine Serre et Valentin Duval. 
  • Le 93e Régiment d'artillerie de montagne perd un opérateur GCM : maréchal des logis-chef Jérémy Leusie.
  • Le 2e Régiment étranger du génie perd le sergent-chef Andreï Jouk.

Les accidents d'hélicoptères et crash aériens sont, bien que rares, une source toujours dramatique de pertes pour les armées françaises. 
On se souvient du crash accidentel d'un Cougar en 2009 au Gabon, causant 9 morts, ou de l''accident terrible d'Albacete en 2015 (11 morts). En février 2018, l'ALAT avait aussi perdu 5 hommes lors de la collision de deux hélicoptères Gazelle.

Qui a déjà vu une manoeuvre aéromobile sait quels sont les risques entrepris, les appareils volant en rang serré à basse altitude. Sur Barkhane, le danger est encore plus grand en raison de la poussière soulevée.

S'il s'agit a priori d'un accident, celui-ci a eu lieu en opération. Il est difficile aujourd'hui de juger l'impact qu'aura ce drame sur l'opinion publique, souvent versatile, alors que les objectifs de l'opération Barkhane doivent être redéfinis par le Président de la République. Et que l'aide européenne tarde à se manifester.

Ce blog exprime ses sincères hommages aux militaires de l'Armée de Terre morts pour la France ce 25 novembre 2019, à leurs proches, à leurs camarades de régiment. Un hommage national aura lieu dans les prochains jours afin d’honorer leur mémoire.



Cliquer pour Agrandir



Aucun commentaire:

Publier un commentaire