mercredi 11 décembre 2019

« Aliénor », nouveau cluster aquitain dédié à l'innovation de Défense


Aerospace Valley organisait ce jeudi 5 décembre sur le site de l’Aérocampus de Latresne le lancement d'un nouveau cluster aérospatial régional: « Aliénor ». Le pôle de compétitivité a signé avec la DGA une convention qui permettra aux entreprises innovantes de mettre un pied dans le monde de la défense. Littéralement. 

Ci-dessus: lancement du cluster Aliénor, le 5 décembre 2019 sur le site d'Aerocampus à Latresne - photo Aerospace Valley


S'il s'agit bien d'une initiative placée sous le haut-patronage de la Région Nouvelle-Aquitaine, le ministère des Armées était présent en force jeudi 5 décembre en banlieue bordelaise, pour le lancement du cluster Aliénor.
Face aux représentants de la communauté défense du pôle Aerospace Valley étaient rassemblés ceux des 3 sites régionaux de la DGA: Essais Missiles (Saint-Médard-en-Jalles et Biscarosse), Essais en Vol (Cazaux). 

La Direction Générale de l'Armement donc, mais d'autres acteurs de l'institution devraient venir renforcer le projet, avec en premier lieu le CEAM de Mont-de-Marsan (Armée de l'air: Centre d'Expérimentation Aériennes Militaires), et l’Atelier Industriel de l'Aéronautique (AIA) de Bordeaux. 

Pour l'occasion, quelques start-up bordelaises sous la coupe d'Aerospace Valley exposaient à Latresne: HPS (Hybrid Propulsion for Space, dans les micro-lanceurs), Delfox (IA), Touch Sensity (technologies des matériaux), Rescoll (matériaux polymères)...


Un cluster de plus: pourquoi faire ?

« Aliénor », dont la convention a été signée ce 5 décembre, signifie cluster Aérospatial de la défense pour Labelliser les Innovations et Etudes Nouvelles Opérationnelles de la Région Nouvelle-Aquitaine.
Derrière cet acronyme, certes historiquement porteur, mais -vous le concéderez- tout à fait artificiel, il faut voir la volonté de la DGA de pouvoir exercer une détection, voire une captation des innovations de défense. Car l'innovation, s'il est le cheval de bataille de la région, est aussi celui de la défense comme du monde aérospatial en cette ère de ruptures technologiques.

Le partenariat se veut gagnant-gagnant, et intéresse naturellement la jeune AID: l'Agence de l'Innovation de Défense, elle qui est à la recherche de la formule magique en matière d'incubateur.

Depuis la création de ce blog en 2013, nous avons pu voir en moyenne une initiative de la sorte être lancée tous les deux ans. Tous les ans même si l'on ajoute les programmes universitaires. Or, toute la question réside dans le fait de déterminer si ce dynamisme, qui suit en réalité les tendances du milieu, ne contribue pas à la constitution d'un mille-feuille.
Pour preuve, nous nous rappellerons qu'il y a quelques années, lors d'une extraordinaire période de "buzz" autour du marché des drones, chaque Région française a créé son cluster drones, ainsi que son salon professionnel dédié... Au point fatalement de se faire concurrence. La bulle des drones a nettement dégonflé depuis.

Cependant, le cluster Aliénor vient répondre à un besoin concret, en offrant une collaboration directe entre les pépites naissantes et la DGA, ce qui d'une part permet aux premières de mieux comprendre les besoins de la Défense Nationale, et d'autre part permet un accès aux sacro-saintes zones d'essais militaires. Un Graal.
Une donnée importante quand on sait que la phase de démonstrateur est aujourd'hui au cœur du phénomène de "vallée de la mort", qui voit bien des start-up mourir avant leur 3 ans, par manque d’accès au(x) financement(s).

La méthodologie est la suivante: définir les besoins (les opérationnels des Armées). Orienter l'innovation (Aerospace Valley). Accompagner les partenaires (DGA). Reste à savoir si les financements eux, pourront être facilités par l'Etat à travers cette convention.

Mais cette association avec la DGA a d'autant plus d'importance et de potentielles vertus que le ministère a semble t-il trouvé des process efficaces s'agissant des innovations en interne. On pense ici notamment aux travaux fructueux du CEAM et des unités de forces spéciales.

Outre l'innovation de défense au sens large, un sujet stratégique est bien entendu celui du spatial. La Région étudie d'ailleurs un projet de SpaceHub bordelais, tandis qu'à Toulouse devrait se constituer un Space Campus autour de l'Armée de l'air et du CNES dans le cadre du Commandement de l'Espace.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire