mercredi 18 décembre 2019

La maintenance des Cougar et Caracal pour Airbus et Heli-Union


A travers un contrat très "vertical", Airbus Helicopters et Héli-Union récupèrent la charge du maintien en condition opérationnelle des Cougar et Caracal des Armées.

Ci-dessus: Cougar et Caracal du 4ème RHFS au Sahel - EMA


Fruit d'une redéfinition des contrats de maintenance dont le but est, outre la réduction du nombre faramineux de ces derniers, bien entendu la hausse des taux de disponibilité catastrophiques pour les hélicoptères, notamment dan l'ALAT où ils sont le plus employés, c'est le binôme Airbus Helicopters et Héli-Union qui hérite du MCO des hélicoptères Cougar, Caracal et EC225 des armées de Terre et de l'Air. 

Annoncé le 25 novembre, ce contrat global CHLEM (Contrat pour les Hélicoptères Lourds Et de Manoeuvre) a pour but « d’atteindre des objectifs de disponibilité et d’activité aérienne prévus pour ces flottes par la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 ».
« Le principe retenu pour le soutien de ces hélicoptères est celui d’un contrat global avec Airbus Helicopters et Héli-Union, responsabilisant l’industrie sur des objectifs de performance de haut niveau et incluant la mise en place de guichets logistiques industriels sur les bases aéronautiques ». 

Cette "verticalisation" voulue par la DMAé (Direction de la maintenance aéronautique) s'inscrit également dans la volonté du constructeur Airbus, qui devra donc assumer plus de responsabilités.
En effet, Airbus Helicopters « s’engage à limiter le nombre d’appareils en grande visite en écourtant la durée des cycles de maintenance de 20% pour chaque type d’hélicoptère. De plus, les engagements pris en matière de logistique et d’assistance technique réduiront les périodes d’immobilisation dues à ces opérations ». 


Un centre de maintenance à Pau

On apprend également avec cette notification de marché qu'Airbus Helicopters proposera via son partenaire Heli Union (qui fournit déjà des heures de vol aux armées sur H225 civil) un centre de maintenance à proximité du site de son client à Pau, et impliquera un grand nombre de PME françaises dans la réparation des équipements. 
Cela fait sens, puisque la base de Pau, avec ses deux régiments (4ème RHFS et 5ème RHC) durement engagés en OPEX, concentre une grosse partie de la flotte d'aéronefs concernés.

L'ALAT exploite 8 H225M Caracal au 4ème RHFS et 25 Cougar (le 26ème ayant été perdu le 25 novembre lors du terrible crash au Mali, qui a coûté la vie à 13 militaires français). L'Armée de l'air elle, à Cazaux, possède 10 Caracal.

Un rapport parlementaire chiffrait la disponibilité de ces appareils à l'été 2019 à 49 % pour les Caracal Air, 31 % pour les Caracal Terre, 29 % pour les Cougar. L'arrivée des objectifs de performance cités plus haut doit permettre de radicalement faire remonter ces taux de disponibilité. 
Ce dont les opérationnels ont vitalement besoin... 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire