lundi 20 janvier 2020

Début des évaluations en Finlande pour le Rafale


La Finlande mène actuellement une campagne d'évaluation qui voit défiler les candidats au remplacement des avions de chasse F/A-18C/D de ses forces aériennes. Et cette semaine, c'est au tour du Rafale de s'exprimer ! Un marché de 64 appareils et 11 milliards de dollars est en jeu. 

Ci-dessus: Un Rafale de l'Armée de l'air devant un F-18 finlandais lors de l'exercice Ace 2017 - photo Jean Luc Brunet/Armée de l'air


Avec la Suisse, la Finlande est le second marché européen actuellement visé par Dassault Aviation pour son chasseur Rafale.
Helsinki doit en effet renouveler sa flotte d'avions de combat, constituée de 64 Boeing F/A-18C/D, et ce à partir de 2025. Le marché est estimé à 11 milliards de dollars.

Les principaux et "traditionnels" challengers en occident se sont déclarés candidats pour ce marché conséquent: on retrouve ainsi le Rafale donc, le F/A-18 E/F Super Hornet de Boeing, le F-35 de Lockeed Martin, le Gripen de Saab, et l'Eurofighter d'Airbus

Constituant une première phase de sélection (sur 3), ces tests de performance grandeur nature se déroulent en janvier et février 2020. Ce « HX Challenge » se déroule sur l’aéroport Satakunta de Pirkkala. 
Les conditions hivernales font bien sûr partie intégrante du processus. On se souvient d'ailleurs que le Rafale était allé se frotter au climat scandinave il y a un an pour divers essais.

Au programme, combat aérien, missions air-sol, anti-navire, ou de reconnaissance... avec la participation des forces finlandaises, qui pourront juger des capacités des concurrents par temps froid, y compris en ce qui concerne la maintenance.

C'est l'Eurofighter qui fut le premier à inaugurer le HX Challenge, suivi du Rafale cette semaine. Puis ce sera le tour, dans l'ordre, du Gripen, du F-35, et enfin du Super Hornet.

Européenne, frontalière de la Russie, la Finlande est un marché remarquable pour l'industrie française, qui pourrait bien jouer sur le levier géopolitique. Comment imaginer en effet le F-35 américain équiper une force aérienne à proximité directe de la Russie ?
Il y a quelques mois, Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, se montrait plutôt optimiste sur BFM, incitant à la préférence européenne: « On a les capacités opérationnelles que l'on démontre lors des évaluations en vol. La Finlande est un pays qui est très attaché à l'Europe et nous espérons que le fait d'être dans l'Europe et de contribuer demain à une Europe de la Défense va plutôt nous aider à vendre en Europe plutôt que les américains mais on en est pas sûr et loin s'en faut ».

De notre côté, on regardera particulièrement le cas du Gripen suédois, un concurrent très sérieux sur ce dossier. 

La compétition est lancée. Au Rafale maintenant, de donner forte impression. Toutes les phases d'évaluation doivent se dérouler en 2020. 



La nouvelle rumeur: 48 Rafale pour l'Indonésie ?

Le site de La Tribune lâchait l'info il y a quelques jours, l'Indonésie serait intéressée par 48 Rafale, jusqu'à 4 sous-marins Scorpène et 2 corvettes Gowind.

Une information qui prend par surprise, d'autant plus que la volonté de Djakarta serait de procéder rapidement, dans un contexte stratégique tendu en zone indo-pacifique, avec de nombreux Etats qui s'arment face à la spectaculaire montée en puissance de la Chine sur les plans aérien et surtout naval.

Nous en reparlerons bien entendu si cet intérêt venait à se confirmer dans les prochaines semaines. Il s'agirait évidemment d'un contrat majeur.

On se rappelle néanmoins que pendant longtemps dans la région, la Malaisie fut un candidat crédible pour l'acquisition du Rafale, avant que la conjoncture économique (le prix du pétrole) ne retarde ses plans...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire