mercredi 4 mars 2020

Vers la généralisation des mitrailleuses Gatling sur Gazelle ?


Le Ministère des Armées a publié un avis de marché public le 15 février dernier, portant sur la réalisation de grandes visites, de visites périodiques et de modifications sur hélicoptères Gazelle. Un avis qui nous apprend qu'un nombre assez significatif d'hélicoptères de l'ALAT pourraient être équipés de mitrailleuses M-134 "Gatling" d'ici à 2025. 

Ci-dessus: une Gazelle "Gatling" du 4ème RHFS lors du salon SOFINS en avril 2019 - photo Alexandre Alati


Comme l'hélicoptère lourd ou l'armement des drones Reaper, l'armement des bonnes vieilles Gazelle de l'Aviation légère de l'armée de Terre (ALAT) par des mitrailleuses Gatling fut un dossier marquant des années 2010. Longtemps en effet, les forces spéciales notamment, avaient demandé à ce que la Gazelle gagne en force de frappe.

Depuis, et même si en faible nombre, plusieurs appareils ont été dotés, soit d'une Gatling de sabord (pas plus d'une douzaine d'exemplaires), soit d'un bras articulé destiné aux fusils de précisions. Ces configurations ont pu être déployées en OPEX au Sahel, ou montrées lors de démonstrations en France, par le 4ème RHFS, qui opère ces machines.

Avec cet avis de marché du 15 février, on peut découvrir que pour la période 2020-2022, puis 2023-2025, ce sont respectivement "de 7 à 11", puis "de 10 à 15" (tranche additionnelle) Gazelle qui devraient être équipées de Gatling de sabord. 

Cela nous apprend également qu'après les forces spéciales, d'autres RHC (régiments d'hélicoptères de combat) seront donc dotés de cette version.

En outre, deux Gazelle Sa342M seront transformées en  version Sa342 L1 grâce à l'ajout d'un canon 20 mm. Une information surprenante, tant on voit moins de sorties de cette traditionnelle Gazelle canon depuis l'arrivée du Tigre et de sa tourelle télé-opérée de 30mm. 
Et pour preuve que le canon axial n'est plus à la mode, son remplacement par des M-134 Gatling justement, un temps envisagé, a été abandonné.

Le remplacement des Gazelle n'interviendra pas, au mieux, avant 2026 et l'arrivée - toute progressive - du H-160 Guépard, dont on ne connait pas aujourd'hui avec précisions les armements (canon télé-opéré comme le Tigre ?). 
L'appareil aura alors passé plus d'un demi-siècle en service dans les forces, mais reste paradoxalement l'un des aéronefs les moins onéreux à faire voler. 

Deux Gazelle de l'ALAT s’entraînent avec un MV-22 américain sur le BPC Tonnerre de la Marine Nationale en 2019.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire