vendredi 5 juin 2020

Prague choisit le canon CAESAr


En concurrence avec sept systèmes différents en République Tchèque, c'est une nouvelle belle victoire pour le Caesar de Nexter. Un succès qui conforte une tendance voyant la France revenir en force sur le marché européen des armements. 

Ci-dessus: le système CAESAr en version 8x8 de 30 tonnes - Nexter


Déjà choisi par le Danemark, le système d'artillerie Caesar 8x8 remporte un nouveau marché européen en République Tchèque. C'est un deuxième succès marquant à Prague pour l'industriel français Nexter après le marché du Titus (62 blindés commandés en 2019). 

Ce marché d'environ 224 millions d'euros concerne 52 systèmes d’artillerie CAESAr en version « haute intensité », c'est à dire surblindé par rapport à la version 6x6 (mais aérotransportable avec nos moyens) que nous connaissons en France dans l'armée de Terre.

Le communiqué du ministère de la Défense tchèque affirme que le système français a assez largement surclassé ses concurrents, tant sur le plan des capacités que du prix. 

On parle enfin pour ces Caesar d'un châssis Tatra T815 8×8, et d'un assemblage local.

Cette victoire conforte une tendance voulant que la France recentre ses exportations d'armement vers l'Europe. Une direction qui d'une part, est plus confortable sur le plan politique, et qui d'autre part, la libère un peu de ses grands acheteurs traditionnels (Inde, pays du Golfe, Egypte...) dont la fidélité chancelle un peu.

Ainsi, selon un rapport rendu au parlement et paru cette semaine, en 2019, la Belgique devient premier partenaire commercial de défense, avec 1,9 milliard d‘euros de contrats, grâce aux contrats Camo dans le terrestre, et chasseurs de mines porté par Naval Group. Deux autres bons clients arrivent plus loin derrière: la Hongrie (631 millions €, avec Airbus Helicopter principalement), et l'Espagne (434 millions grâce au spatial).

Si l'Europe n'est cependant pas en mesure de concurrencer certaines régions du monde en terme de dépenses, loin de là, elle contribue cependant à offrir un piédestal à la France dans sa volonté de construire une défense européenne autour de grands principes, à commencer par un socle industriel, et une culture stratégique commune. Sur ces deux points, le secteur de l'armement terrestre a probablement un rôle bien plus important à jouer que l'on imagine. 

Avec le retour prochain d'échéances décisives autour des fameux "contrats Rafale" (devenus de vrais produits dopants pour les exportations françaises), notamment en Suisse et en Finlande, la France pourrait remporter une série de succès majeurs et structurants.

Alors pourront suivre plus sereinement de grands programmes comme SCAF dans l'aviation de combat, ou MGCS pour les blindés lourds, dont les études viennent d'être lancées des deux côtés du Rhin.

Concept récent du MGCS - Nexter Group


Aucun commentaire:

Publier un commentaire