mercredi 28 octobre 2020

Thalès Avionics supprime des postes à Mérignac. La branche défense épargnée ?

En raison de la crise provoquée par la pandémie de Coronavirus et son impact sur le transport aérien mondial, c'est Thalès qui va à son tour connaître un plan social qui ne dit pas son nom. A Bordeaux, Thales Avionics pourrait perdre plus de 200 emplois.


Sur ce blog, on traite plutôt généralement des bonnes nouvelles. Cela dit, l'incroyable impact de la pandémie sur le secteur de l'aéronautique finit dramatiquement par avoir ses conséquences sur tous les acteurs de la filière. Les sous-traitants les plus fragiles, et le groupe Airbus furent les premiers touchés - sans parler d'étrangers comme Boeing ou surtout Rolls Royce (le motoriste a vu son action en bourse s'effondrer de 80% en 2020) - et c'est désormais d'autres acteurs qui voient les plans sociaux arriver.

Le groupe  Thales, spécialiste dans l'aéronautique, le spatial, et la défense, prévoit (sources syndicales) de se séparer d'environ 1000 employés dans sa filiale Avionics, en évitant au possible les licenciements. 221 postes sont concernés sur le site du campus Thales à Mérignac, sur les 1250 employés par cette filiale à Bordeaux.

La mobilité au sein du groupe serait privilégiée, notamment vers l'activité Défense, y compris sur le même site à Mérignac. Car c'est bien la branche civile qui souffre de la crise... une branche qui semble avoir bien peu d'avenir désormais sur le site bordelais. 
Cette crise historique pour l'aéronautique aura en quelques mois effacé 10 ans de recrutement à cadence forcée.

Le secteur défense tient donc bon lui, protégé à la fois par son caractère souverain, mais également par un contexte géopolitique hyper-tendu qui pousse les nations à ne pas baisser la garde.

Toutefois, la menace vient d'ailleurs pour la filière. En effet, alors que les banques manquaient déjà d'allant  pour investir, soutenir et financer l'industrie de défense (une problématique montrant un certain niveau d'inculture), le nouveau contexte pousse ces dernières à bloquer un nombre encore plus important de projets.

Les parlementaires viennent de s'emparer de cette inquiétante question et une mission FLASH devrait débuter sous peu.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire