vendredi 8 janvier 2021

Thalès remporte un contrat de 300 millions € pour la station orbitale lunaire


Le CNES et l'ESA ont communiqué l'an passé sur la contribution d'Ariane 6 à la nouvelle aventure lunaire. Mais si tout reste à faire quant à la définition et à la concrétisation de ces missions du futur lanceur européen, nos industriels sont déjà largement impliqués dans le programme américain Artémis, comme en témoigne ce nouveau contrat monstre de 300 millions d'euros remporté par Thalès. 

Source & Visuels: Thales / ESA


Comme une subite envie de commencer l'année avec de bonnes nouvelles ! Ce qui tombe bien puisque Thalès Alenia Space (France) a signé un contrat de 296 millions d'euros avec l'Agence Spatiale Européenne pour développer le module de communication et de ravitaillement ESPRIT (European System Providing Refueling, Infrastructure and Telecommunications) de la future station spatiale cislunaire Gateway.

L'ex-LOPG (Lunar Orbital Platform-Gateway) désormais nommée Lunar Gateway sera la porte d'entrée vers les futures missions lunaires habitées à partir de 2024 (calendrier un peu optimiste). Thales Alenia Space en France assurera la maîtrise d’œuvre d’ESPRIT, en collaboration avec TAS en Italie et au Royaume-Uni pour former une équipe centrale internationale et avec des contributions belges et espagnoles.

Le module ESPRIT se compose de deux principaux éléments : le premier, désigné HLCS (Halo Lunar Communication System), assurera les communications entre la station et la Lune ; le second, ERM (ESPRIT Refueling Module), alimentera la station en xénon et en ergols chimiques pour à la fois prolonger sa durée de vie et alimenter un futur atterrisseur lunaire réutilisable ou un vaisseau de transport vers l’espace lointain, notamment à destination de Mars. Le tunnel pressurisé de l’ERM intègre de larges fenêtres offrant une vue à 360°. Sa livraison est prévue en 2026 pour un lancement l’année suivante.

Outre le module esprit, Thales Alenia Space est responsable du développement du module pressurisé I-HAB (International - Habitat), qui sera doté d’espaces d’habitation pour l’équipage et de points d'amarrage pour les véhicules de passage. L'entreprise annonce que sa conception "fera largement appel aux techniques de réalité virtuelle pour créer des aménagements intérieurs modulaires et reconfigurables qui optimiseront l'espace et le confort des membres d’équipage".

De plus, TAS développe pour l'américain Northrop Grumman des éléments du module pressurisé HALO (Habitation and Logistics Outpost). HALO aura 3m de diamètre, pour une longueur de 7m.

L'assemblage de la station commencera en 2023 avec les deux premiers modules PPE (énergie et propulsion) et HALO. Si les missions lunaires commenceront en principe en 2024, avec une capacité d'accueil de 4 astronautes, la station n'attendra elle sa taille finale (pour une masse de 40 tonnes) que plusieurs années après. 

Si les interrogations persistent sur l'avenir de la filière lanceur en Europe, tant les défis sont énormes sur ce segment, le continent reste très bien placé dans les grands programmes scientifiques, tout comme sur l'écosystème (comprenant bien entendu le marché) satellitaire. La participation technique européenne au programme lunaire Artémis s'annonce absolument remarquable, en partie grâce à la participation de Thalès et Airbus.
Sachant qu'outre la question de la station orbitale, des programmes impliquant les européens sont également lancés quant aux opérations sur le sol lunaire.

Très honnêtement, il y a de quoi être enthousiaste en cette période d'euphorie dans le spatial, ce qui tranche nettement avec l'ambiance qui anime le monde aéronautique. 


2 commentaires:

  1. On va finir par se demander pour qui roule la cour des comptes...
    https://www.challenges.fr/entreprise/defense/la-cour-des-comptes-allume-la-strategie-spatiale-francaise_746622

    RépondreSupprimer
  2. Le soutien de la filière spatiale change bien des choses par rapport à il y a quelques années:
    https://www.lefigaro.fr/flash-eco/galileo-contrat-de-12-satellites-a-thalesaleniaspace-et-airbus-20210120

    RépondreSupprimer