lundi 11 janvier 2021

Rafale à l'export. Et maintenant, l'Irak !


La liste des prospects Rafale commence à sérieusement s'allonger ! Après la Croatie, l'Indonésie, les EAU, ainsi que les procédures en cours en Suisse et Finlande... c'est maintenant au tour de l'Irak de se déclarer en négociations avec la France pour l'obtention du chasseur multirôle de Dassault.

Ci-dessus: un Rafale français en opération en Irak contre Daesh - Armée de l'air


Sans plus de détails, je vais me contenter ici de retranscrire sans trop commenter. Alors que le contrat grec devrait être signé dans quelques jours, (il ne l'a finalement pas été le 23 décembre comme je l'avais annoncé un peu trop vite sur ce blog), c'est au tour de l'Irak, par la parole de son ministre de la Défense, Jumaah Enad Saadoon, d'indiquer son intérêt pour le chasseur Rafale.

Le ministre, qui s'est rendu sur la base de Saint-Dizier en novembre, indique également que des négociations sont déjà en cours et concernent les modalités de paiement, évoquant même le pétrole comme monnaie d'échange.

L'Irak post-2003 a reconstitué sa flotte de combat avec 36 F-16, mais ces derniers connaissent actuellement de graves difficultés de MCO.

Pas d'avantage d'informations à ce stade, mais avec la multiplication des marchés potentiels, la question se pose de nouveau s'agissant de l'ouverture d'une seconde ligne d'assemblage.. qui pourrait être à l'étranger. 
En effet, la presse spécialisée indienne évoque une proposition massive faite à New Delhi par la France: 70% de la production Rafale sur place en échange de futurs contrats. 


7 commentaires:

  1. Bonjour,
    Intéressant...il va falloir pousser les murs chez DA. Souhaitons le !
    Une question concernant les sources : "la presse spécialisée indienne..." c'est à dire ?
    Les propositions du prospect MMRCA ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir. Il est question de ceci: https://www.hindustantimes.com/india-news/france-offers-to-shift-panther-chopper-assembly-line-to-india-rafale-too-101610181121676.html
      J'ai personnellement du mal à tout prendre au sérieux (70% c'est trop). Je ne sais pas si cela revient aux plans de l'époque MMRCA, mais on se doute que la partie française aimerait sécuriser ce(s) marché(s) d'au moins 90 appareils.

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse. Je vais tester mon anglais sur ce site Indien... (aih ! :-) ).
      Les offsets en Inde. Déjà, DA prévoit de monter une chaîne Falcon 2000 en Inde et il me semble qu'une partie de certains composants militaires sont déjà produits en Inde (les emports)...de là à fabriquer un avion de bout en bout !!!???...sacré challenge.

      Supprimer
  2. J'avais cru comprendre différemment: ce n'est pas 70% de la production de Rafale par Dassault qui sera effectué en Inde, c'est (a terme et pas au départ) 70% des pièces pour les appareils assemblés en Inde qui seront produite localement, les 30% restants venants des sous-traitant français.
    En attendant l'usine de Dassault sur place a commencé à produire des pièces de Falcon et les ouvriers sont en train d'être formé.
    D'autres pays de la région ont approché Dassault se disant intéressé par le Rafale. A terme si ils passent commande, la maintenance lourde pourrait aussi être effectué en Inde et l'usine indienne devrait permettre de doubler la cadence de production.

    RépondreSupprimer
  3. Chiche...
    https://www.meta-defense.fr/2021/01/14/2021-sera-t-elle-lannee-du-rafale/

    RépondreSupprimer
  4. L'Inde a acheté du matériel militaire chez différents pays fournisseurs et beaucoup aux États-Unis.

    Avec l'administration Biden, il se pourrait même que le rapport de force pour évincer la concurrence soit encore plus dur:
    https://www.meta-defense.fr/2021/01/18/linde-sous-la-menace-de-sanctions-de-la-part-de-ladministration-biden-pour-lachat-de-s400/

    Dassault a intérêt à se méfier.

    RépondreSupprimer
  5. Explications simples pour un sujet complexe, c'est assez bien écrit:
    https://www.meta-defense.fr/2021/01/21/les-5-enjeux-strategiques-de-la-supply-chain-de-lindustrie-de-defense-francaise/

    RépondreSupprimer