vendredi 2 juillet 2021

L'Alpha Jet devra tenir encore plusieurs années... jusqu'au SCAF ?

L'information passe un peu inaperçue en cette fin de saison chargée, mais l'armée de l'Air a décidé de conserver une flotte conséquente d'Alpha Jet, faute de solution souveraine de remplacement. Probablement le moment de lui imaginer un successeur à même d'accompagner le déploiement du SCAF à la fin des années 2030.


Le journaliste Jean-Marc Tanguy nous apprend dans Air&Cosmos que l'armée de l'Air & de l'Espace a finalement décidé de conserver au moins 53 Alpha Jet sur les 80 que comptent encore actuellement les derniers escadrons français et la Patrouille de France.

Car en effet, les Pilatus PC-21, très appréciés (mais qui finalement n'auront en aucun cas servi à amadouer les Suisses), ne pourront pas à long terme remplacer tous les rôles de mythiques Alpha Jet.  En particulier les rôles de plastrons et d'agressors remplis par les appareils de l'escadron Côte d’Or à Cazaux.

Lire sur le blog: 9 à 13 nouveaux PC-21 pour la formation des pilotes français



Il y a quelques semaines, on a pourtant cru avec l'annonce de la création d'une société privée ARES - pour "Avanced REDAIR European Squadron" - que la France allait enfin, comme d'autres (confère les Mirage F1 partis aux USA chez la SMP Draken International) franchir le pas de l'externalisation de la mission "agressor". Ce ne sera pas le cas. 


Un programme français ou européen en soutien du SCAF ?

Cela relance évidemment une réflexion à laquelle plus grand monde n'osait croire: la mise en œuvre d'un programme de jet léger dédié à l'entrainement, à la transition, aux missions de REDAIR, et pourquoi pas… au combat. 

Car en effet, on oublie aujourd'hui trop souvent, et cela en raison du succès et des retours dithyrambiques quant au Pilatus - ses performances et ses capacités tout à fait adaptées à la formation des pilotes de l'armée de l'Air sur Rafale - que le turboprop' suisse n'est en aucun cas dimensionné pour le futur. Et c'est dans ce cadre de réflexion que toutes les planètes s'alignent. 

On a pu vanter, beaucoup ces dernières années, et en raison même de la nature des OPEX, la solution que représentent les turbopropulseurs d'attaque au sol, et ce jusqu'au sommet du Pentagone. Or, au contraire, dans nos forces aériennes, c'est depuis longtemps déjà que l'on regarde vers la haute intensité, qui demeure l'objectif absolument prioritaire dans la préparation des pilotes de chasse. 

Si le turbopropulseur moderne offre des solutions pour certains Etats (on pense, évidemment, à l'Afrique), il est totalement inapte à évoluer dans un environnement contesté, même a minima. 

La solution post-Alpha Jet adopterait donc les caractéristiques suivantes: 
  • Un jet léger apte à la mission REDAIR... 
  • ...mais également au combat, y compris air/sol. Donc supersonique ?
  • Ce jet bénéficiait de l'avionique et des systèmes permettant la transformation vers le NGF (next generation fighter) du SCAF.
  • Il intégrerait donc le cloud de combat du SCAF.
  • Il serait européen, mais pas forcément, avec un fort potentiel export tant pour l'entraînement que pour les missions de combat (petits Etats, Amérique du Sud...).

Un tel projet, véritable successeur de l'Aphajet, et même plus moderne que les solutions déjà existantes (M-346, L-39, YAK-130, FA-50... et bientôt le nouveau T-7 de Boeing), pourraient ainsi être développé dès la fin des années 2020, dans le but d'accompagner la préparation au SCAF de 2040.

Un appareil qui intéresserait bien évidemment la Patrouille de France, elle aussi cantonnée aux Alpha Jet jusqu'à nouvel ordre. 

Ceci dit, cela implique que le parc d'Alpha Jet puisse tenir au bas mot 15 ans supplémentaires, eux dont la moyenne d'âge est de 40 ans, et le taux de disponibilité peine à passer la barre des 50%. 


Ci-dessous, mes conseils de lecture, avec des sorties opportunes:

__________________________

Info bonus pour ceux qui auraient la chance de fréquenter le bassin d'Arcachon durant le mois de juillet (du 5 au 30 exactement), la base aérienne 120 de Cazaux accueille de façon exceptionnelle les Rafale de Mont-de-Marsan, qui s'entraîneront en semaine, y compris parfois... la nuit ! 


1 commentaire:

  1. La prochaine cession des Rafale aura lieu contre des soucoupes volantes, le F-35 a encore trop mal à son postérieur...
    https://mobile.twitter.com/Tom_Antonov/status/1410828290185703425

    Je vous laisse un SUV vient de s'arrêter devant chez moi et on sonne à la porte...
    https://youtu.be/duA5eWjHCjU

    RépondreSupprimer