mercredi 17 novembre 2021

L'armée française déploie sa constellation de satellites CERES

Tirés à bord d'un lanceur Véga depuis le Centre Spatial Guyanais, les satellites du programme CERES ont été mis en orbite à 700 km ce mardi 16 novembre. Ils vont offrir aux armées françaises des capacités d'écoute électromagnétique inégalées jusqu'ici. 


CERES (pour CapacitÉ de Renseignement Électromagnétique Spatiale), c'est une constellation de 3 satellites de 446 kg chacun, qui offrira à la Direction du renseignement militaire (DRM) des capacités révolutionnaires de récolte de données ROEM (renseignement d'origine électromagnétique).

Ce 16 novembre en effet, un lanceur européen léger Vega a parfaitement accompli sa mission en plaçant sur orbite basse les 3 satellites qui seront désormais sous la responsabilité du Commandement de l'Espace à Toulouse en tant qu'opérateur.  

CERES se pose véritablement comme un game changer - un de plus - pour les forces françaises. Le bond technologique, dont on connait relativement peu de détails, secret défense oblige, est annoncé comme immense. 
Les satellites, qui agissent grossièrement par triangulation, sont à même de repérer et analyser tout système émettant un signal, et ce sur toute la planète. On parle ici avant tout des radars ennemis, ou encore des architectures réseaux. 

Le programme CERES aura couté 450 millions d’euros et vient remplacer le programme de démonstrateur ELISA. Comme souvent, il a été mené de façon conjointe par les deux géants du domaine satellitaire, Airbus DS et Thales Alenia Space

A noter que 3 Rafale de la 30e escadre ont fait le voyage à Kourou depuis Mont-de-Marsan, afin d'assurer la sécurité des cieux pour ce lancement militaire stratégique. D'autres moyens étaient également déployés. 

Avec ce tir, la France continue à bon train - mais avec un peu de retard quand même - le déploiement de ses capacités spatiales renouvelées. Deux satellites d'observation CSO sur trois sont déjà en orbite, tandis qu'un satellite de télécommunication Syracuse 4 vient d'être tiré fin octobre. CSO, CERES et Syracuse sont les 3 programmes majeurs de la composante spatiale. 


Un mot également sur le drama de la semaine, qui devrait faire date: la Russie a bien procédé à un test d'arme antisatellite - un missile - provoquant la destruction d’un vieux satellite de renseignement électronique soviétique, Cosmos-1408. Le tir a mécaniquement généré un nuage de débris, qui non seulement a semé la panique jusqu'à l'ISS durant les heures qui ont suivi, mais qui demeurera gênant pendant une bonne décennie. 
En vérité, derrière l'évidente mais inutile démonstration de puissance, on ne comprend pas bien ce qui a motivé les Russes… les condamnations sont en tout cas unanimes, et tout à fait virulentes. 

Le nuage de débris n'a en tout cas pas gêné le lancement de CERES.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire