lundi 26 juin 2023

L'idée d'un Falcon de lutte anti-incendie découle des mégafeux aquitains de 2022

Une maquette inattendue de Falcon attirait la curiosité des visiteurs sur le stand de Dassault Aviation lors de cette édition 2023 du Salon international de l'aéronautique et de l'espace, au Bourget. En effet, il s'agisait d'un Falcon de lutte anti-incendie. Une idée née des catastrophiques feux de forêt qui ont touché la Nouvelle Aquitaine en 2022.

Ci-dessus: la maquette du Falcon "Firefighter" au salon du Bourget 2023 - photo Pax Aquitania.


Dans une très instructive interview publiée par le journal Le Figaro durant le salon du Bourget 2023, qui se tenait du 19 ou 24 juin, Eric Trappier le PDG de Dassault Aviation évoque un grand nombre de sujets stratégiques pour son entreprise. Dans le désordre, le Rafale et son export, le SCAF, l'aviation d'affaires, la décarbonation, et… cette étrange maquette de Falcon jaune et rouge qui dénotait fortement au milieu des livrées militaires et commerciales sur le stand (intérieur) Dassault au Bourget. 

On apprend donc que c'est à la suite des feux de forêt historiques (30 000 hectares perdus et une mobilisation jamais vue) qui ont ravagé le massif aquitain en 2022 qu'Alain Rousset, le Président de la Région, a appelé le PDG de Dassault Aviation afin d'explorer les pistes en matière d'avions de lutte anti-incendie. On se souvient en effet qu'en plein tumulte, la Région s'était offusquée d'une mauvaise répartition des avions bombardiers d'eau de la Sécurité Civile (leur base est à Nîmes, et un certain nombre de Canadair est déployé durant l'été à Mérignac), réclamant même sa propre flotte d'appareils. 

Eric Trappier rappelle au Figaro que Dassault Aviation est présent en Aquitaine, notamment à Mérignac: "Nous sommes concernés." 

Il révèle aussi que l'avionneur a engagé des discussions avec la Sécurité civile et le ministère de l’Intérieur -car en vérité, c'est bien à ce niveau institutionnel que cela se joue, national et en aucun cas régional- pour proposer un concept de Falcon 900 ou 2000 spécialisé dans le guet aérien et le traitement rapide des départs de feu
Il ne s'agit donc en aucun cas de faire un véritable avion bombardier d'eau (l'avenir de la flotte semble promis à l'évolution du Canadair à l'horizon 2030), mais un appareil complémentaire des moyens existants: guet aérien ou largage de produit retardateur (?), comme sur la maquette du Bourget avec une citerne équivalente à 3t.

Enfin, Eric Trappier précise que ces Falcon "Firefighter" auraient par nature un rôle européen, le jet permettant une souplesse d'emploi qui pourrait être précieuse à l'échelle continentale.

A suivre !


PS: rappelons qu'outre Dassault, il y a également Airbus qui avait montré l'année dernière qu'il travaillait sur une capacité de largage pour son A400M. 


5 commentaires:

  1. Dassault fait le bon choix, concurrencer le Canadair, d'autres font ce pari fou:
    https://trends.levif.be/entreprises/seagle-un-avion-belge-pour-combattre-les-feux-de-foret/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils n'ont pas encore gagné les belges...

      Voici des nouvelles des Canadair français vers 2030:
      https://twitter.com/SignalementFdf/status/1669752165575929874

      Supprimer

  2. Concurrencer les "Pelicans", il y a des gens à Bordeaux qui sont chauds comme la braise!
    http://www.paxaquitania.fr/2023/07/a-bordeaux-hynaero-veut-developper-un.html

    RépondreSupprimer
  3. En Gironde, en 2024, il n' y aura plus de guetteurs humains dans des miradors avec jumelles :
    https://www.sudouest.fr/faits-divers/incendies/incendies-en-gironde/incendies-en-gironde-cameras-intelligence-artificielle-le-reseau-ultramoderne-de-detection-des-feux-de-foret-bientot-en-service-16331889.php

    RépondreSupprimer
  4. La livraison de CANADAIR neufs pourrait glisser vers 2030...
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/incendies-va-t-on-de-manquer-de-canadair-cet-ete-20240715

    RépondreSupprimer