jeudi 25 mai 2017

Dernier hommage au général Soulet sur la BA 106


Mercredi 24 mai 2017, l'Armée de l'air rendait sur la base aérienne 106 de Bordeaux Mérignac, un dernier hommage à l'un de ses chefs, le général Serget Soulet, disparu quelques jours plus tôt.

Sources et crédits photos: Armée de l'air

Vous le savez déjà peut-être, le général de corps aérien Serge Soulet, Commandant des forces aériennes, et de la Zone de défense et de sécurité Sud Ouest, est décédé dimanche 21 mai à 55 ans, des suites d'une longue maladie.

Un grand nombre de personnalités officielles étaient présentes ce 24 mai, dont le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, qui présidait la cérémonie militaire. Avant cela, une messe avait été célébrée à la mémoire du général Soulet, présidée par le Père Pascal Frey, aumônier en chef adjoint du culte catholique auprès du CEMAA. Il était assisté de Pascal Champion, aumônier de la zone de Défense et de sécurité Sud-Ouest.

De la cérémonie militaire, on retiendra notamment les mots très émouvants du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), et surtout ami de Serge Soulet:

« Aujourd’hui, le monde des Armées est en deuil et l’Armée de l’Air orpheline. Elle vient de perdre son plus grand « Moustachu », au sens propre comme au sens figuré auquel l’entendent les pilotes de chasse. » 
(...) 
« Serge, tu as porté le ciel sur tes épaules, le ciel où réside la destinée des aviateurs, le ciel vers lequel tu viens de partir pour ton dernier vol après avoir livré un ultime combat. Tu y as sans doute déjà trouvé ta place pour l’éternité, au panthéon de ceux qui défient la pesanteur et la maladie. Désormais sans toi, toujours unis, nous faisons face, à ton image, pour le succès des armes de la France. »
(...)
« Tu incarnes l’intelligence de cœur, a-t-il décrit.(…) Celle qu’évoque magnifiquement Antoine de Saint-Exupéry dans Vol de nuit : Aimez ceux que vous commandez mais sans le leur dire. Serge, les hommes et les femmes placés sous ton commandement n’ont pas eu besoin que tu le leur dises pour comprendre que tu les aimais. » 
(...) 
« Tu laisses le souvenir d’un homme à l’intégrité sans tache, d’un soldat valeureux, d’un combattant infatigable, d’un chef charismatique qui inspirera des générations d’aviateurs, et d’un ami loyal et généreux ».





Aucun commentaire:

Publier un commentaire