jeudi 16 novembre 2017

Les Emirats Arabes Unis confient à Dassault la rénovation de leurs Mirage


Les Forces armées des Émirats Arabes Unis ont annoncé lors du Dubaï Air Show 2017, mardi 14 novembre, leur intention de signer avec Dassault Aviation un contrat de modernisation de leur flotte de Mirage 2000-9. L'opération concerne une soixantaine d'appareils.

On ne le répétera jamais assez: pour une puissance comme la France, fournir (vendre) un système d'armes, c'est conclure un partenariat stratégique sur des décennies. Un partenariat qui liera vos forces armées avec celles de votre client/allié (formation, entraînements) ainsi que vos industriels pour qui les retombées économiques seront fructueuses sur le long terme.

Un principe encore une fois vérifié avec le choix des EAU (qui viennent d'annoncer l’achat de deux Corvette Gowind auprès de Naval Group) de se lancer dans la modernisation de leur - très belle - flotte de Mirage 2000-9. Ce contrat, encore non chiffré, est estimé à plusieurs centaines de millions d'euros.

Dassault Aviation se félicite évidemment de cette décision, et rappelle via son PDG Eric Trappier, que l'entreprise, « partenaire sans faille des Émirats Arabes Unis depuis plus de 40 ans, est pleinement engagée à répondre aux besoins opérationnels et à soutenir les défis stratégiques des forces aériennes émiriennes lors des prochaines décennies».
Thales Group, spécialiste de l'avionique et des équipements, devrait probablement intervenir dans ce deal, comme il l'a fait pour la modernisation des Mirage 2000 indiens.

Ce contrat pourrait fournir, du moins dans un premier temps, de l’activité à plusieurs sites français de Dassault et Thalès, là encore en se basant sur l'expérience indienne.

Il faut noter que les Mirage 2000-9 des EAU sont des appareils déjà très évolués et performants. Ils ont participé aux opérations en Libye en 2011, aux côtés des français, et sont partie-intégrante depuis 2015 de la coalition arabo-musulmane agissant dans le conflit au Yémen.

Question: cette modernisation, qui devrait prendre des années, signe t-elle le glas du contrat Rafale qu'on espérait aux EAU, pour 60 appareils justement, soit le nombre de Mirage 2000 concernés ? Ces Mirage commandés en 1998 sont d'ailleurs loin d'être à la retraite, mais on avait pu évoquer début 2017 une revente de certains d'entre eux à l'Irak. Plus de nouvelles depuis.
De plus, à Washington, l'administration Trump vient d'autoriser les EAU à recevoir des renseignements officiels sur le F-35.... Ce qui n'est pas vraiment un bon signe.

Lire sur le blog: Le F-35 bientôt dans le Golfe Persique ?



Aucun commentaire:

Publier un commentaire