lundi 5 mars 2018

Conférence "Les Harlem Hellfighters" le 9 mars au Musée d'Aquitaine


Le Musée d'Aquitaine propose deux rendez-vous cette semaine autour de la thématique des soldats noirs dans la Première Guerre Mondiale. 
Une projection du documentaire "Une pensée du Courneau" de Serge Simon mardi 6 avril, traitant l'histoire d'un camp d'hivernage pour soldats coloniaux, et une conférence le 9 mars sur l'épopée des fameux "Harlem Hellfighters". 

Source: Musée d'Aquitaine


Vendredi 9 mars, 18h au Musée d'Aquitaine: "Les Harlem Hellfighters".

Conférence en partenariat avec le Café Historique dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre.
L’exposition 1917. Voilà les Américains ! vient de fermer ses portes, mais le Centre national Jean Moulin poursuit sa programmation dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande Guerre.
Une conférence présentée par Thomas Saintourens, diplômé de Science Po Bordeaux et Paris. Historien et journaliste, travaille actuellement pour le magazine Géo.
La formidable épopée des soldats noirs américains dans la Grande Guerre : les raisons de leur engagement, leurs hauts faits dans les rangs des Poilus et le décevant retour au pays. Relégués aux travaux manuels, les New-yorkais noirs, après une formation, combattront finalement sous commandement français, intégrés aux Poilus de la 4e armée, évitant ainsi à l'US Army de mélanger les couleurs dans ses rangs. Le régiment des « Hellfighters » multipliera les faits d'armes, tandis qu'entre les combats, leur formidable orchestre popularise le jazz sur le Vieux Continent. Thomas Saintourens raconte l'épopée française de ces soldats noirs américains, brossant les portraits de certaines figures : Arthur Little, l'éditeur de Brooklyn, le peintre Horace Pippin immortalisant ses compatriotes-soldats dans ses carnets, James Reese Europe, le chef d'orchestre de jazz talentueux, mais aussi de simples boxeurs ou porteurs de valises. Cette guerre sonnait pour eux comme un double combat, celui de la logique de ségrégation qu'ils espéraient enfin rompre en prouvant leur valeur sur les champs de bataille. À peine rentrés au pays, ils sont privés de la parade de la victoire et subissent les affres d'une ségrégation plus violente encore. Si le « 369th » a reçu les plus hautes décorations militaires françaises, il faudra attendre juin 2015 pour que le descendant de Henry Lincoln Johnson, le plus fameux d'entre eux, reçoive sa médaille d'honneur posthume des mains de Barack Obama.
Entrée libre dans la limite des places disponibles
A l'auditorium du musée

                                                  

Et, demain 6 mars à 18 heures, projection du documentaire "Une pensée du Courneau" de Serge Simon.

En partenariat avec le Rahmi 
Projection dans le cadre des Commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale 
En 1916, un « camp d’hivernage » ouvre entre La-Teste-de-Buch et Cazaux, destiné à « acclimater » les soldats coloniaux mobilisés dans la Grande Guerre. Serge Simon, médecin, réalisateur et ancien international de rugby met au jour l’histoire douloureuse et méconnue de ce « Camp de la Misère », où plus d'un millier de jeunes hommes meurent de maladies pulmonaires avant d'aller combattre. Il révèle les détails d’une vérité troublante, où se mêlent conditions d'hébergement infâmes et programme de vaccinations expérimentales mené par l'Institut Pasteur et la médecine militaire.
Projection suivie d’un échange avec le réalisateur (sous réserve) et Manuel Dias Vaz, Président du Rahmi.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire