mercredi 11 juillet 2018

Sabena prendra en charge à Bordeaux les C-130H de l'Armée de l'air


Sabena Technics assurera à Mérignac une partie du maintien en condition opérationnelle des 14 C-130 Hercules de l'Armée de l'air, a annoncé hier l'industriel spécialiste du MRO.

Ci-dessus: un C-130H de l'Armée de l'air - photo SIRPA AIR


Sabena technics a annoncé hier dans un communiqué avoir été sélectionné par le Service de maintenance du ministère de la Défense (SIAé) pour effectuer une partie des contrôles de maintenance de sa flotte de 14 avions C-130H. 
Pendant quatre ans, Sabena technics effectuera sur son site de Bordeaux une partie des contrôles de type A et B en tant que sous-traitant de l'AIA de Clermont-Ferrand. Le premier avion est attendu cet automne. 

Sabena Technics, modèle d'entreprise aéronautique à plus d'un titre, avait déjà obtenu l'année dernière un contrat pour la formation des techniciens C130H "B1" et "B2" du SIAé ainsi que, en janvier dernier, un autre contrat pour la fourniture du stock initial, ainsi que la fourniture de pièces détachées et de consommables dans le cadre du soutien logistique de la flotte d'Hercules (sur le site de Clermont-Ferrand et sur la base d'Orléans-Bricy). 

Dans le communiqué, Gilles Foultier, vice-président exécutif aux affaires militaires chez Sabena, exprime toute sa fierté: "Nous sommes très fiers d'avoir gagné la confiance du SIAé sur ce marché ! Ce nouveau contrat nous donne l'opportunité de maîtriser tous les aspects d'un tel programme de support complet et d'obtenir, grâce au dévouement de tous les acteurs militaires et civils impliqués, les plus hauts niveaux de disponibilité des avions ".

Si la France attend 4 C-130J de dernière génération (elle en déjà reçu deux), elle doit faire avec la disponibilité chancelante de ses 14 C-130 Hercules entrés en service à partir de 1987. Leur MCO confié ces dernières années au portugais OGMA ne donnant pas satisfaction, le Ministère avait annoncé en 2015 la reprise de cette gestion par le SIAé et un industriel partenaire pour 2018.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire