vendredi 9 novembre 2018

La Belgique valide sa coopération dans le programme français Scorpion


La Belgique a signé mercredi 7 novembre l'accord pour l'achat, à hauteur de 1,6 milliard d'euros, de 60 blindés Jaguar et 382 Griffon au consortium composé de Nexter, Arquus et Thales. Avec son programme CAMO, Bruxelles rejoint pour partie le programme français Scorpion. Les possibilités futures d'intégration entre l'Armée de terre et la "Composante Terre" deviennent tout à fait inédites.

Alors que la Belgique faisait le choix (regrettable dira t-on) du chasseur F-35 le 25 octobre dernier, on apprenait en même temps qu'elle se dotait bel et bien dans le cadre de son programme CAMO (capacité motorisée) des véhicules phares du programme français SCORPION: 60 EBRC (Engin blindé de reconnaissance et de combat) Jaguar, et 382 VBMR (Véhicule blindé multi-rôle) Griffon.

Il s'agit d'une belle victoire pour l'industrie française de l'armement terrestre, représentée ici par Nexter, Arquus (ex RTD) et Thales, et les Belges y trouvent également leur compte, puisqu'une partie de la production, de l’assemblage et du MCO sera confiée aux industriels belges FN Herstal et CMI Defence notamment. Le retour économique est estimé à 889 millions d'euros, répartis à hauteur de 60% pour la région wallonne et 40% pour la région flamande.

Mieux encore, cette convergence des équipements entre deux nations voisines va permettre un rapprochement sans précédent. 
Dans un post Facebook daté du 9 novembre, le Général-major Marc Thys, Chef de la Composante Terre (Armée de terre belge), explique:
"CAMO comprend un “système de systèmes” et une collaboration approfondie avec un partenaire stratégique, la France, dans toutes les lignes de développement : doctrine, structure organisationnelle, entraînement, matériel, leadership, personnel, facilities (infrastructure), interopérabilité."(...)"Grâce à cette coopération approfondie, les unités belges et françaises seront également parfaitement interchangeables. Cependant, chaque pays pourra déployer cette capacité en toute autonomie. Le déploiement opérationnel de la capacité demeure donc une décision nationale souveraine. 
Vision de l'avenir
A travers ce partenariat, nous dépassons donc le niveau purement belge pour doter la Composante Terre d’une capacité nouvelle. La taille de notre Composante et, par extension, de notre Défense ne nous permet plus de développer de manière autonome un “système de systèmes” aussi complexe que le programme SCORPION. Cependant, un déploiement efficace dans les opérations futures exige que nous disposions d'une telle "colonne vertébrale opérationnelle". Celle-ci est nécessaire pour pouvoir se déployer au niveau international, mener nos missions avec efficacité et garantir notre propre protection."

La Belgique assume ici totalement le choix de la coopération opérationnelle et surtout doctrinale (puisque des officiers sont déjà intégrés aux travaux sur Scorpion en France) avec son voisin français.
Aussi, elle attend ses véhicules pour 2025, quand la France aura elle reçu le Griffon dès 2019 (1722 prévus au total), et le Jaguar au début de la décennie (pour une cible de 300). Elle pourra ainsi préparer sereinement la modernisation de la Composante Terre en travaillant avec l'Armée de terre.

Ce rapprochement entre SCORPION et CAMO est certes moins voyant qu'un emblématique contrat pour des avions de combat (quoique...), mais tout de même un pas concret pour l'interopérabilité européenne. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire