vendredi 14 décembre 2018

Premier contrat en 2019 pour le drone européen


Dassault Aviation et Airbus ont annoncé ce 13 décembre que le système européen de drone de moyenne altitude et longue endurance "MALE RPAS"  avait franchi une nouvelle étape importante avec la réalisation de la revue de conception préliminaire, le 22 novembre. Toujours prévu pour 2025, le programme "Eurodrone" devrait connaître la signature de son premier grand contrat en 2019.

Ci-dessus: le design quasi-définitif du drone MALE européen, prévu pour entrer en service à partir de 2025


Après le programme SCAF (système de combat aérien futur, avec en première ligne le "chasseur de nouvelle génération"), c'est donc le MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aerial System) qui va connaitre une avancée significative en 2019.

La revue de conception préliminaire du système s’achève après le lancement de l’appel d’offres portant sur le développement, la production et la phase initiale de maintien en condition opérationnelle. Airbus Defence and Space GmbH coordonnera la réponse industrielle à l’appel d’offres. 
La signature du contrat est attendue courant 2019, nous apprend le communiqué officiel des deux avionneurs Airbus et Dassault.

Ce succès majeur intervient après le lancement par l’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement (OCCAR) le 31 octobre d’un appel d’offres portant sur le développement, la production et la phase initiale de maintien en condition opérationnelle du programme. Cette nouvelle étape permettra aux nations et aux industriels partenaires de commencer le développement du système avec des spécifications harmonisées et une vision claire de sa conception globale.

Désigné comme futur maître d’œuvre, Airbus Defence and Space coordonnera la réponse industrielle à l’appel d’offres avec les principaux sous-traitants : Airbus Defence and Space, Dassault Aviation SA et Leonardo.

Quatre pays sont associés sur ce projet, qui pourra bénéficier de fonds européens: la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. D'autres, comme la République Tchèque ou la Belgique, ont exprimé leur intérêt récemment. 

La maquette du MALE européen avait été dévoilée au printemps dernier lors du salon ILA de Berlin. L'Allemagne, qui a su imposer le choix d'un drone biturbopropulseur, a le lead sur ce programme annoncé comme ITAR Free (sans composant américain, donc "euro-souverain").


Euro-MALE est-il adapté aux besoins français ?

Le choix d'un appareil bimoteur a pu mettre l'accent sur toutes les difficultés que représente un programme européen en termes de définition des capacités. L'Allemagne voulait un bimoteur pour des raison simples de sécurité: l'appareil volera en Europe dans un espace aérien "non-ségrégué". 

Résultat: un beau bébé de 16 m de long pour 26 m d’envergure. Son endurance, son rayon d'action, ainsi que sa capacité d'emport en charge utile (y compris en armements, une volonté franco-italienne) devraient ainsi être conséquentes... ce qui a ses atouts, et ses inconvénients.

Car en effet, s'il répond aux exigences allemandes sur le théâtre centre-Europe, l'eurodrone conviendra t-il à la logique française plus expéditionnaire ? Aujourd'hui, les Reaper de l'Armée de l'air basés au Niger ont une empreinte logistique déjà non négligeable, mais autrement plus légère...

Le même problème se pose avec les Patroller qui arrivent dès l'année prochaine dans l'Armée de terre. Des drones avec des capacités remarquables en mission, mais qui demandent une fois au sol des infrastructures assez lourdes, autrement dit une base aérienne en bonne et due forme, dans un environnement non-contesté.

Dans un premier temps, les 4 systèmes Reaper français de l'Armée de l'air, bientôt 12 drones (1 a néanmoins été perdu), vont cohabiter avec le premier système européen attendu avant 2030 (on devrait avoisiner les 4 systèmes également). Le second remplacera t-il le premier après 2030 ? Difficile à dire.

Contrairement au Reaper, le MALE RPAS sera lui en revanche conçu par Airbus pour intégrer pleinement le Système de combat aérien futur (SCAF).
Sur ce blog, c'est dans un autre programme que l'on imagine ce drone briller: "MAWS" (Maritime Airborne Warfare System), le programme européen de patrouille maritime qui devrait se construire autour d'une plateforme A320néo


Aucun commentaire:

Publier un commentaire