vendredi 22 février 2019

Avec Club Phoenix, le Ministère des Armées décloisonne la recherche stratégique


Nous l'évoquions fin novembre, le ministère des Armées s'apprêtait à créer, dans le cadre de la mise en oeuvre du Pacte Enseignement Supérieur, le Club Phoenix. L’objectif est de développer et régénérer le vivier des chercheurs français pour les questions de défense, avec ici comme particularité de former une passerelle entre les mondes académiques et le privé. Sous la responsabilité spécifique de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS), il rassemble déjà plus de 80 partenaires.

Ce blog le relaie depuis maintenant plusieurs années: il existe une volonté nouvelle de (re)structurer la filière de recherche stratégique française. Cela passe par le soutien public comme privé aux chercheurs, mais également par un décloisonnement assez massif des matières, et ce notamment afin d'établir des passerelles entre les sciences humaines et les sciences dures. Mais avant tout devrait-on dire, entre les sciences humaines et sociales elles-mêmes...

C'est dans ce contexte que le ministère des Armées s'est lancé depuis 2017 dans une cette initiative qu'est le Pacte Enseignement Supérieur. À cette fin, le ministère des armées investit 2,5M€ par an, afin de financer une quarantaine de chercheurs, 3 centres de recherche universitaires labellisés « Centre d’Excellence » et un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) « Défense et Stratégie » (voir lien ci-dessous).


Le Club Phoenix s’intègre dans ce processus. Sorte de "lab" où l'adhésion est facile et gratuite, son but est d'associer entités privées, recherche universitaire et décideurs institutionnels, au profit du soutien à la recherche stratégique, avec pour objectif final - ou du moins affiché - d'assurer l’employabilité des jeunes chercheurs qui incarnent la relève stratégique. Chaque doctorant financé par le ministère doit pouvoir trouver un emploi pérenne, de qualité, et dans son domaine d’expertise.

Grâce à divers types de rencontres (ateliers, séminaires, petits déjeuners, afterworks...), le Club Phoenix se veut comme un lieu d’échange unique où se rencontrent les acteurs institutionnels et privés (industriels, acteurs financiers, think tanks, cabinets d'études...) considérant - c'est la condition - que les sciences humaines et sociales  apportent un éclairage indispensable aux enjeux de défense et de stratégie auxquels la France et l’Europe doivent faire face, et souhaitant le développement d’une recherche duale en SHS sur des sujets d’intérêt commun.

La DGRIS est en charge de l'animation, mais c'est le très récent Innovation Défense Lab qui accueillera les rencontres. 

Un espace Internet dédié sera créé au cours des prochaines semaines. Plus de 80 partenaires ont déjà rejoint le club. Citons pour exemple l'AFD, ArianeGroup, le CEA DAM, le CEIS, Dassault Aviation, les GIFAS/GICAN/GICAT, Thalès, Sopra Steria, Nexter, KPMG, l'IFRI, ENGIE, le CNES...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire