mercredi 20 février 2019

Le bordelais Drone Protect System protégera les sites de l'Armée de l'air


Le groupe Drone Protect System (DPS), basé sur le bassin d'Arcachon, a annoncé le 11 février avoir signé un contrat majeur avec l’Armée de l’air, pour la protection de ses installations sensibles. La solution 3S retenue par l’institution et brevetée, se déploie depuis le début de l'année sur le territoire national.

Alors que la technologie Skeyetech (développée à Bordeaux) employée par Azur Drones pour la surveillance autonome recevait l’homologation de la DGAC, un autre "droniste" issu de l'écosystème girondin connait le succès en ce tournant d'année 2019.

Le marché pour la surveillance des sites sensibles de l'Armée de l'air (sans plus de précisions) avait été annoncé en décembre dernier, il a désormais été signé, annonce DPS.



"Drone Protect System" a été créé sur le Bassin d’Arcachon et développe une solution innovante avec un concept d' "agent de surveillance 4.0". Les drones sont 100 % autonomes et accompagnés de leur station de rechargement. Cette station autonome permet au drone d’offrir un service du plus haut niveau de disponibilité, de réactivité et de fréquence d’intervention pour un grand nombre d’applications. 
Le drone "C2" pourra ainsi décoller automatiquement de sa base suite au déclenchement d'une alerte et se rendre directement sur le point désigné. Sur place, il pourra capter des images permettant de lever le doute très rapidement sur cette alerte.
A l'issue de sa mission, le drone, tout seul, rejoint avec une précision d'atterrissage unique sa base lui permettant de se positionner dessus afin de se recharger dans un espace protégé et sécurisé.

Que l'Armée de l'air confie une telle mission à ce prestataire ressemble à une formidable réussite. Car effectivement, le cahier des charges militaire requiert un produit robuste, fiable, efficace et facile d'emploi, capable de s'intégrer et de renforcer l'ensemble des dispositifs de protection, statiques passifs, actifs ou dynamiques.

Pour DPS, ce succès vient couronner une politique de R&D pointue et une rigoureuse exigence de conformité quant à la réglementation de l'aviation civile.


Avec un retard à l’allumage, car trop longtemps cantonné à des niches (et aussi tenté par une bulle des loisirs qui n'aura que brièvement existé), le drone semble désormais trouver sa voie dans le marché des services. Dans ce contexte, l'autonomisation offre des perspectives immenses, en particulier dans la sécurité.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire