mercredi 13 février 2019

Azur Drones obtient l'homologation de la DGAC pour son système Skeyetech


Avec son système Drone Guard de Skeyetech, Azur Drones a obtenu l'homologation de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC). C'est le première fois qu'un système de drone doté d'une autonomie si importante reçoit cette autorisation en Europe.

Le système Skeyetech obtient la première autorisation de vol autonome en Europe pour un drone sans pilote. 
Ce concept, issu du service "Drone Guard" proposé par Azur Drones, leader européen dans les drones de surveillance, a été développé à Bordeaux par la PME Skeyetech (d'ailleurs incubée à l'origine par Bordeaux Technowest), rachetée l'an passé par Azur Drones. 


Il permet à un drone doté de deux caméras et d'une autonomie de 25 minutes d'assurer la surveillance de sites sensibles, et ce en toute autonomie. Intégré à un réseau de capteurs, le Skeyetech peut décoller  de jour comme de nuit pour reconnaître une zone ou faire un point de situation en cas d’alerte.

C'est ici que l’homologation de la DGAC distingue Skeyetech d'autres cas, puisque son autonomie d'action est une première. Le téléopérateur n'est ici pas vraiment un pilote, il n'a d'ailleurs aucunement besoin de formation.


Une telle autorisation représente une étape assez fondamentale pour le futur des services par drones, voués à l'autonomie (tout comme les trafics routiers, ferroviaires, aériens...). Jusqu'ici, les pays industrialisés, et fortement urbanisés, hésitent encore*, mais il faut noter que Skeyetech n'aura pas accès à l'espace public, et donc au survol de zones habitées ou fortement fréquentées du moins.
Déjà, afin d’obtenir cette homologation, les composants du système Skeyetech ont tous été au moins doublés, faut valoir le fabricant. Et le système dispose également d'un parachute et d’un logiciel de maintenance prédictive... Des mesures de sécurité drastiques que Skeyetech a su remplir.

Doucement mais sûrement, ces systèmes autonomes ou "semi-autonomes" du moins, devraient trouver leur place dans le marché des services immense qui s'offre à eux.


*Pour les grandes expérimentations dans la livraison par exemple, il faut pour l'instant aller voir du côté de l'Afrique et de ses grands espaces inhabités.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire