vendredi 25 octobre 2019

Les frégates de classe « Amiral Ronarc'h » entrent en production



Ce 24 octobre 2019 était marqué chez Naval Group par la cérémonie de découpe de la première tôle de la tête-de-série du programme FDI sous le haut patronage de la ministre des Armées Florence Parly. Ces 5 frégates de défense et d'intervention porteront le nom d'illustres amiraux ayant marqué l'histoire navale récente. La première sera la frégate « Amiral Ronarc'h » et sera livrée en 2023.

Ci-dessus: vue d'artiste d'une FDI et de son hélicoptère embarqué NH-90 - Naval Group


Ce 24 octobre, soit quasiment 3 ans jour pour jour (seulement) après que la maquette de la « Belh@rra » ait été dévoilée au salon Euronaval 2016, la ministre des Armées Florence Parly présidait à Lorient la cérémonie de lancement de la phase industrielle du programme FDI (ex-FTI / Belharra à l'export).

Ce marché notifié à Naval Group en avril 2017 pour 4 milliards d’euros verra la livraison à la Marine Nationale entre 2023 et 2029 de 5 de ces frégates de premier rang (autrement dit taillées pour le combat de haute intensité, au large, et seule), frégates qui viendront compléter les 8 FREMM de classe Aquitaine.

Et contrairement à ce qui a pu être mal compris à l'époque, y compris par moi-même, elles ne viennent pas remplacer les frégates La Fayette ! Ces dernières seront modernisées, ou du moins trois d'entre elles.


La FDI est longue de 121m (20 de moins que la FREMM, sa grande soeur), possède un tonnage d’environ 4 500 tonnes, une vitesse de 27 noeuds, et un équipage de 125 marins.

Côté armement, on retrouve un canon de 76 mm, des missiles surface-air (Aster, VL Mica) et antinavire (Exocet MM40 Block3), ou encore des tubes lance-torpilles. Un arsenal plutôt efficient dont la principale différence avec la FREMM est l'absence de MDCN (Missile de Croisière Naval).
Enfin, les FTI françaises pourront emporter un hélicoptère NH-90 Caïman, ainsi qu'un drone à voilure tournante. Les forces spéciales pourront embarquer à bord, et intervenir depuis la frégate grâce à l'emport de deux embarcations.

Le navire est présenté comme entièrement numérique, connecté, ce qui améliorera tant son efficacité en mission de patrouille ou de combat, que la maintenance. Il emportera le radar SeaFire de Thalès, premier radar à panneaux fixes entièrement numérique au monde.
Dans le même temps, Naval Group assure une résilience à toute épreuve ("by design") face à la menace cyber.

Les missions de la FDI dans la maîtrise des espaces aéro-maritimes :
  • Projection océanique dans la durée
  • Opérations de coercition ou d’interdiction maritime
  • Escorte au sein d’une force navale en opération
  • Sûreté de la force océanique stratégique
  • Opérations de prévention ou de gestion de crise et de recueil de renseignements

A l'export, un premier pays est officiellement intéressé. Il s'agit de la Grèce, avec deux frégates. Celles-ci pourraient éventuellement, contrairement aux nôtres, emporter des missiles de croisière.


Vice-amiral Pierre-Alexis Ronarc'h (1865 - 1940) 


Et la principale nouvelle du jour, c'est que la première FDI portera le nom d' « Amiral Ronarc'h ».

Celui qui devait donner son nom à la sixième frégate La Fayette en 1996 (sa commande fut annulée) le donnera finalement à la tête de série des FDI.

Pierre-Alexis Ronarc'h s'est rendu particulièrement célèbre durant la Grande guerre, notamment grâce à ses actions héroïques sur le front de l'Yser (7 août 1914 - novembre 1915) avec la brigade des fusiliers marins. Un bel hommage rendu aujourd’hui à l'ensemble de cette arme donc.
Il participa ensuite grandement à édifier le dispositif de lutte anti-sous-marine dans l'océan Atlantique. 

Il fut brièvement Chef d'Etat-Major de la Marine en 1919 et 1920.

Les autres frégates porteront, dans l'ordre d'entrée en service, les noms suivants: 
  • Amiral Louzeau
  • Amiral Castex 
  • Amiral Nomy
  • Amiral Cabanier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire