vendredi 3 avril 2020

COVID-19: Mobilisation générale pour l'opération Résilience


Un point rapide ce vendredi pour signaler que les armées, et principalement l'armée de l'Air, emploient désormais à peu près tout ce qui vole (sauf les appareils de combat naturellement) pour acheminer patients, personnel médical et matériel à travers la France métropolitaine et l'Outre-Mer. Ce qui ne les a pas empêché de mener un exercice nucléaire "Poker" dans la nuit de mardi à mercredi.

Ci-dessus: un Caracal de l'escadron Pyrénées à Orly, mercredi 1er avril - Armée de l'Air


En bref, on a également appris que les TGV médicalisés, qui rendent de fiers services ces derniers jours, avaient à la base été imaginés pour le transport de patients après un attentat.

Le porte-hélicoptères Dixmude a appareillé à Toulon et gagnera les Antilles à la mi-avril. Il emporte à son bord du matériel médical, des véhicules du génie et 3 hélicoptères.

Après les Caïman de l'ALAT et l'A330 "Phénix" de l'armée de l'air, cette dernière engage désormais des Puma et Caracal, un A400M et un CASA 235. Un des tout nouveaux C-130J transporte du personnel médical, ainsi qu'un Transall. Même les Twin Otter sont mis à contribution.

Plusieurs objectifs: désengorger l'Est et Paris. Faire transiter du personnel médical et du matériel. Au sol, ce sont les régiments du Train de l'armée de Terre qui assurent également cette mission, notamment s'agissant des masques.

Enfin, si de nombreux (cela se compte désormais en milliers) militaires ont été touchés par l'épidémie en métropole, on sait que 4 d'entre eux ont été testés positifs au COVID-19 sur l'opération Barkhane. Il est néanmoins encore difficile de juger de l'impact de la pandémie sur les opérations extérieures. 


Sur ce Caïman comme sur l'Airbus A330 MRTT, après chaque vol, il faut désinfecter ! 

Comme dans la Luftwaffe, l'armée de l'Air a commencé à employer l'A400M pour le transport de patients 

Plutôt habitué aux missions en Outre-Mer, un CASA fait la navette le 2 avril entre l'ïle de France et la Roche-sur-Yon. 

Retour sur Paris en C-130J pour le personnel médical qui avait voyagé jusqu'en Bretagne dans le TGV médicalisé
L'aéroport d'Orly, fermé au public, est désormais devenue une quasi-base aérienne - Armée de l'Air


Plusieurs Caracal de Cazaux sont désormais basés à Orly - Armée de l'Air 

Transport de personnel médical de Marseille vers Paris le 2 avril en C160 Transall - Armée de l'Air

Aucun commentaire:

Publier un commentaire