lundi 28 septembre 2020

Les Suisses votent de justesse le renouvellement de la flotte d'avions de combat


Les citoyens suisses ont adopté ce 27 septembre par votation une enveloppe maximale de 6 milliards de francs (5,6 milliards d'euros) destinée au renouvellement de la flotte de chasseurs de leur force aérienne. Un vote qui fait office de validation pour un programme où le Rafale possède de sérieuses chances de succès.

Ci-dessus: un Rafale de l'armée de l'Air devant un Hornet suisse.


De justesse ! Le scenario de 2014 a bien failli se reproduire (la Suisse avait choisi le Gripen Suédois, mais la votation en avait finalement décidé autrement, par 53,8%) ! C'est avec seulement 50,1% de majorité que le peuple suisse a entériné l'achat de nouveaux avions de chasse.

A noter que la participation est jugée plutôt satisfaisante, à 60%. Le Oui l'emporte avec 8000 voix.

Il s'agissait plus précisément de valider le budget du renouvellement des F-5 Tiger II et les F/A-18 Hornet. Même s'il existe une vraie tradition militaire dans la Confédération, pour une grande partie de la population en effet, les dépenses de défense ne sont aujourd'hui pas ou plus nécessaires. 

Le processus d'acquisition est lui bel est bien entamé, la Suisse prévoyant avec son plan Air 2030 de remplacer ses F-5 Tiger II et les F/A-18 par 30 ou 40 appareils modernes.
Les grands avionneurs occidentaux ont répondu à l'appel d'offres du 25 janvier 2019. Dassault Aviation y présente bien entendu son Rafale. Des évaluations en simulateurs puis en vol ont été réalisées par la suite, éliminant le Gripen, et quasiment le F-35.

Le calendrier initial prévoit que fin 2020, un deuxième appel d’offres sera transmis aux candidats. À partir des connaissances acquises avec la deuxième offre, Armasuisse comparera les candidats entre eux sur la base des rapports spécialisés et déterminera l’utilité globale pour chaque candidat. Le rapport d’évaluation mettant en parallèle l’utilité globale avec les coûts d’acquisition et d’utilisation pour une période de 30 ans sera alors élaboré.
Sur le plan opérationnel, la Suisse regardera les coopérations militaires proposées. Le Département de la défense évaluera les offres selon quatre critères: efficacité opérationnelle, assistance produit, compensations directes et coopération.

La livraison des appareils sélectionnés débutera en 2025. Les chances françaises y sont sérieuses, et nul doute qu'après le succès grec, cette avancée franche dans le dossier suisse conforte la Team Rafale dans sa stratégie.


4 commentaires:

  1. bonjour à vous
    juste vous dire merci pour votre blog dont j’attends avec impatience chaque nouveau article
    et encore merci

    RépondreSupprimer
  2. Juste une précision je sais que pour le Grippen c'était mort des le debut et j'ai lu que seul un F35 avait fait le voyage l'autre etait tombé en panne . vous pensez donc que le choix sera entre l'eurofighter et le rafale?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon moi grosse cote pour le Rafale (pour diverses raisons qui vont de la notation jusqu'aux récents partenariats Fr/Suisse... Thalès, Pilatus), mais je ne mets pas de côté le Super Hornet

      Supprimer