vendredi 9 octobre 2020

Shark Robotics et Boston Dynamics s'allient face à la crise sanitaire

C'est un coup énorme que réalise Shark Robotics. En s'alliant avec le célébrissime champion américain de la robotique Boston Dynamics, la PME basée à La Rochelle a contribué à équiper le petit quadripode jaune « Spot » de son module de décontamination maison. Une collaboration qui résonne comme un adoubement pour la pépite française.

Images: Shark Robotics


Star des réseaux sociaux, les robots de Boston Dynamics, et notamment le petit "robot-chien" jaune Spot, ont déjà fortement  marqué les esprits.
Boston Dynamics, c'est cette véritable "licorne" mondiale de la robotique terrestre, issue du MIT et collaborant avec le Département de la Défense américain sur la robotique militaire de demain.  

De notre côté de l'Atlantique, nous avons certes des moyens infiniment inférieurs, mais assez de talents et d'innovations pour tirer notre épingle du jeu (si tant est que nos institutionnels et financeurs veuillent bien accorder leur confiance).
Et c'est ici bien le cas de Shark Robotics, qu'on a pu voir crever l'écran lors de l'incendie de Notre-Dame et l'intervention du robot Colossus. En développement constant, l'entreprise vise désormais la diversification (sécurité civile, défense... espace).

Au plus fort de la pandémie et du confinement, Shark avait su se montrer hyper réactive en équipant son Colossus d'un module de décontamination (pulvérisation de solutions désinfectantes à 360°), ce qui avait immédiatement attiré l'attention de clients, y compris - et surtout - à l'international. C'est alors que la collaboration avec Boston Dynamics va discrètement s'initier.
L'Américain communique certes habilement (chaque vidéo est un événement), mais demeure très parcimonieux dans ses "alliances", et les élus sont peu nombreux ! 

En d'autres termes, c'est là une superbe reconnaissance de niveau mondial pour la start-up française. Elle que l'on pouvait déjà placer sur le podium de la robotique européenne.


Plus en détails, Shark propose désormais deux solutions de décontamination. La première est le Rhyno Protect télé-opéré, sur un châssis chenillé de 22 kilos, qui rend possible la pulvérisation sur 20 000 m² de surface en trois heures.

La seconde, c'est Spot, qui permet grâce ses capacités de franchissement avant-gardistes, de décontaminer jusqu'à 2 000 m² en 15 minutes, avec l'avantage de pouvoir progresser dans des environnements plus complexes que le Rhyno. C'est dans la vidéo ci-dessous l'exemple d'un amphithéâtre. Cela s'appliquerait bien évidemment à une salle de spectacle, de théâtre, de cinéma… mais on pense aussi à des lieux de vie plus sensibles comme les établissements de soins, ou scolaires. 

En effet, il y a dans le petit robot jaune (dont les inspirations ont d'ailleurs pu faire frissonner dans les œuvres récentes d'anticipation ou science-fiction) de l'anthropomorphisme, ce qui pourrait finalement rendre sa présence plus acceptable dans certains lieux… D'autant plus que lui dispose de potentielles capacités autonomes si nécessaire.

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire