lundi 8 février 2021

Paris 8 et Lyon 3 héritent du label « Centre d'Excellence » de la Défense

Paris et Lyon héritent du label « Centre d'Excellence » du ministère des Armées. L'Université de Bordeaux, qui était présélectionnée, échoue aux portes du label. Toutefois, Bordeaux reste un pôle de la recherche Défense, et la Chaire Défense & Aérospatial hébergée à Sciences Po y est d'ailleurs renouvelée pour trois ans. 


En janvier 2017 (sous Jean-Yves Le Drian), le ministère des Armées  - "de la Défense" à l'époque - s'attelait à vivifier la recherche stratégique en encourageant notamment la pluridisciplinarité et une mise en avant des SHS: les sciences humaines et sociales. A l'initiative de la DGRIS (Direction générale des relations internationales et de la stratégie), une convention tripartite dans le cadre du Pacte Enseignement Supérieur était signée.

En effet, constat était fait, à titre officiel depuis 2015, et renforcé après les attentats, que la France accusait un retard important en la matière si on la comparait à ses partenaires occidentaux. C'est pourquoi naquit l'initiative des Centres d'excellences, un label "défense" permettant d'obtenir financements et passerelles pour la recherche universitaire, dans le but de soutenir la constitution d'une filière d'études stratégiques, aider les jeunes chercheurs et favoriser leur employabilité, ou encore contribuer au rayonnement de la pensée stratégique française.

En novembre 2018, après que le MINARM a reçu la candidature de 14 universités, la ministre Florence Parly dévoilait les 5 projets présélectionnés:
  • Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne : « Sorbonne War Studies (emploi de la force armée au prisme des nouveaux défis sécuritaires) »
  • Université de Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis : « GEODE : Géopolitique de la Datasphère »
  • Université de Bordeaux : « DPBS : Defense & Peace Bordeaux School »
  • Université de Grenoble Alpes : « Cybersécurité et sécurité internationale – données, modélisation et visualisation »
  • Université de Lyon 3 – Jean Moulin : « L’interconnexion des fonctions stratégiques hautes (puissance aérienne, espace, nucléaire, défense anti-missiles). Conséquences politiques et opérationnelles des couplages capacitaires de haute intensité dans les espaces homogènes et les Contested Commons »

Janvier 2021, au terme d’un processus de sélection de deux ans, le ministère des Armées attribue finalement deux labels « centre d’excellence » au profit des universités Paris 8 et Jean Moulin Lyon 3.
Chacun des deux projets labellisés sera doté d’1,5 M€, sur une durée de cinq ans. Ce budget sera prioritairement consacré au financement de postes de jeunes chercheurs.

Ce sont donc deux "favoris" qui remportent la mise. Assez logique mais tout de même surprenant quand on sait que le projet prévoyait initialement la dotation de 3 centres d'excellence. Ce sera seulement deux.


A Bordeaux, renouvellement de la Chaire "Défense & Aérospatial"

Le projet bordelais "DPBS" (Defense & Peace Bordeaux School) qui portait comme thèmes l'économie de défense, et les nouvelles conflictualités, n'est donc pas retenu mais le pôle aquitain reste actif. 

Aussi, les partenaires de la chaire Défense & Aérospatial ont voté à l'unanimité le renouvellement de leur engagement, et par la même des activités de la chaire pour 3 années supplémentaires. 
La chaire est le fruit d’une coopération entre deux établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, Sciences Po Bordeaux et l'université de Bordeaux, et cinq acteurs majeurs de la base industrielle et technologique de défense : ArianeGroup, le CEA et sa Direction des Applications militaires, Dassault Aviation, Safran et Thales
Elle agit sous couvert de la Fondation Bordeaux Université qui l’accompagne juridiquement et administrativement. Sur le plan opérationnel la chaire développe des actions innovantes de formation (création de formations initiales, continues, spécifiques), de recherche (travaux sur la conflictualité entre puissances et le spatial de défense) et de diffusion des savoirs (ouvrages, conférences, etc.).


[Afin d'être tout à fait impartial, il faut rappeler qu'il existe un débat très animé depuis plusieurs mois, portant sur la question de l'impartialité des universitaires vis à vis du ministère des Armées !]


Aucun commentaire:

Publier un commentaire