mercredi 30 juin 2021

Histoire belge en Suisse, qui choisit le F-35


Le couperet est enfin tombé sur le programme Air 2030, et comme on le pressentait, la Suisse remplacera ses F-5 et F-18 par 36 F-35A. Pire encore, elle choisit le système de défense anti-aérien Patriot. Ce choix paraît certes incompréhensible, mais est surtout un incroyable camouflet pour les avionneurs Européens qui proposaient le Rafale et l'Eurofighter. 



Décidée à nous gâcher la vie cette semaine (sic), la Suisse opte finalement pour le F-35. Les fuites organisées depuis plusieurs semaines étaient donc dans le vrai. Le Typhoon, et surtout le Rafale, ont pu tour à tour être annoncés comme favoris (parfois de façon outrageusement irresponsable) ces derniers mois, mais à la fin c'est l'Amérique qui gagne, et c'est bien le F-35 qui remporte son 14ème succès à l'export.

"Les coûts d’exploitation du F-35A sont aussi plus avantageux
que ceux des autres avions."


Sur l'évaluation effectuée en 2019: "Lors des tests, le F-35A s’est à chaque fois détaché en affichant l’utilité globale la plus élevée. Il a obtenu 336 points, soit le score le plus élevé, loin devant ses concurrents".

L'argument avancé est aussi celui du prix (5 milliards de francs suisses annoncés, soit 2 milliards de moins que les concurrents), mais sans trop rentrer dans le détail, cela reste largement incompréhensible. Pis, cette décision intervient alors que l'appareil de Lockheed Martin est étrillé aux Etats-Unis, et fait encore l'objet de débats houleux ces derniers jours en Belgique. 

Le communiqué du jour est dithyrambique quant aux capacités de l'avion américain. Des affirmations qui tranchent avec à peu près tout ce qui fait l'actualité du programme. 
Comment 36 F-35, rien qu'en termes de disponibilité, pourraient venir compenser le retrait de 26 F-5 Tiger et 30 F/A-18 ? Sans parler de la problématique globale de la souveraineté (/cyber); du fait que le Lightning est avant tout un avion de coalition; ou de la faiblesse native sur cet appareil quant à la mission de "scramble", justement celle qui devrait prioritairement intéresser la Suisse.

MAJ: sur les incohérences du communiqué officiel, je recommande le décryptage de ATE :


Cela étant, il s'agit d'une défaite majeure pour la Team Rafale. En Belgique, ou même au Canada, la France et Dassault Aviation avaient préféré jouer avec le frein à main, ou même se retirer, dans le cadre d'appel d'offres qu'ils jugeaient biaisés, car favorables au F-35. En Suisse, il semble que la machinerie américaine se soit mise en marche une nouvelle fois, tant les arguments du communiqué officiel semblent surréalistes. Euphémisme… et cela rappelle bien entendu l'affaire belge en 2018.

Une double défaite même puisque dans le volet défense sol/air, le Conseil Fédéral prend également le système américain Patriot, au détriment du SAMP/T français de MBDA et Thalès.

Attention cependant, l'histoire n'est pas peut être pas terminée car la gauche annonçait vouloir engager un nouveau processus de votation en cas de choix américain mettant en danger la souveraineté de la Fédération. La décision du jour prend la forme d'une proposition au Parlement.


Prochains espoirs pour le Rafale: l'Indonésie et l'Inde

Faisons le point: nous étions évidemment nombreux à compter sur la Suisse pour offrir un succès de prestige en Europe au Rafale. Heureusement il y a les victoires récentes en Grèce puis Croatie, qui elles au moins s'inscrivent dans un cadre stratégique et opérationnel particulièrement cohérent.

De plus, sans le moindre commentaire de la partie française, l'Indonésie a signé récemment une lettre d'intention pour l'achat de Rafale (qui pourrait intervenir cette année, si tout va bien), tandis que Paris cultive - encore cette semaine - avec Jakarta le renfoncement de la coopération militaire bilatérale. 

L'Inde elle, déjà cliente, pourrait assez rapidement commander de nouveaux Rafale, murmure t-on chez Dassault Aviation.

Ces deux informations tendent à confirmer que le Rafale n'est jamais aussi fort que lorsque l'offre s'inscrit dans le cadre d'un vrai partenariat stratégique conclu d'Etat à Etat, dans des régions (Méditerranée orientale, Indo-Pacifique) où les enjeux de coopération relèvent du vital. 


Parmi les prospects, sur le court terme du moins, il y a également la Finlande, mais les évènements récents nous disent qu'il vaut mieux ne pas trop se faire d'illusion quand il s'agit d'appel d'offres.


9 commentaires:

  1. Prochain appel d'offre en Suisse: les hélicos de transport de personnalités. Sont retenus le Caracal, le Merlin, et l'AH64 Apache.... Un idée du vainqueur ?
    Un indice, il "écrase" ses concurrent par 95 points d'avance au terme des "évaluations" techniques...

    Blague à part, quelle triste histoire. Que la Suisse choisisse un avion US soit, le F.18SH était parfait pour elle, et logique. Qu'elle choisisse le F.35 soit encore puisqu'il n'était surement pas présent par hasard dans un appel d'offre où il n'avait rien à faire (...). Mais ce communiqué final, quelle honte ! Comment peut-on quand on est Suisse oser publier un tel ramassis d'inepties et de contre-vérités que ne renierait pas une dictature stalinienne ou africaine ? Le plus décevant dans cette histoire pour moi est là. Dassault s'en remettra, le Rafale se vend bien, et ce n'était pas le marché du siècle. Mais quelle déception et quelle honte de voir un pays avec une telle image de rigueur se comporter comme si Mugabé ou Xi Jinping étaient aux commandes...

    RépondreSupprimer
  2. Contrairement au match de foot, ce n'est pas mérité...
    https://www.letemps.ch/suisse/partisans-rafale-denoncent-points-faibles-f35

    RépondreSupprimer
  3. Rira bien, qui rira le dernier...
    https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/industries/un-rapport-americain-s-inquiete-de-l-explosion-des-couts-de-maintenance-du-f-35_AN-202107080163.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooohhh yeah!!!
      https://www.air-cosmos.com/article/le-f-35-et-la-technique-du-pied-dans-la-porte-25137

      Supprimer
    2. Les néerlandais pourraient leur en parler de leur future Dinde!
      https://www.meta-defense.fr/2021/07/16/les-evolutions-du-systeme-informatique-du-f35-le-rendrait-instable/

      Supprimer
  4. La Suisse va après une votation populaire peut être juste se passer d'avions de combat et payer ses voisins pour faire sa police du ciel, pour faire des économies...
    https://www.lepoint.fr/monde/suisse-la-gauche-et-les-pacifistes-torpillent-l-avion-de-combat-americain-12-07-2021-2435164_24.php

    RépondreSupprimer
  5. Il y a une start-up française qui pourrait plaire aux suisses:
    https://www.aerobuzz.fr/aviation-generale/safetyn-lance-les-premiers-championnats-du-monde-de-pilotage-virtuels/

    RépondreSupprimer
  6. La Suisse risque bien de ne pas avoir d'avions de combat du tout...
    https://www.marianne.net/societe/defense/en-suisse-la-gauche-en-guerre-contre-lachat-du-chasseur-f-35-americain

    RépondreSupprimer
  7. Le comique troupier continue:
    Le patron américain de la défense anti-aérienne, le Brig. Gen. Brian Gibson a indiqué que les systèmes Patriot, que la Suisse a choisi d'acquérir, doivent être mis au placard car même modernisés, ils ne feront plus le travail...
    https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1433785123535736832

    RépondreSupprimer