lundi 9 mai 2022

L'armée française prête à sauter le pas des munitions rodeuses

L'Agence pour l'Innovation de Défense a publié ce 9 mai 2022 deux appels à projets intitulés LARINAE et COLIBRI. Ils concernent tous les deux des solutions de systèmes automatisés dotés de charge explosive. En d'autres termes, il s'agit de munitions rodeuses. Une première en France.

Illustration: vue d'artiste du Switchblade américain.


Un court message ce soir car attention, révolution. Après - tardivement - les drones armés, la France semble se décider à franchir le pas des munitions rodeuses. 

En effet, nous pouvons lire dans la communication qui entoure l'appel à projet de l'AID que le ministère des Armées conduit et prépare plusieurs opérations d’armement dans le domaine des drones de contact et des drones tactiques. 

Afin d’accompagner ces actions, d’approfondir la connaissance du domaine, d’explorer les cas d’usages, tout en stimulant l’écosystème pour la proposition de concepts innovants, la Direction générale de l’armement (DGA) et l’Agence de l’innovation de défense (AID) lancent deux appels à projets complémentaires :
  • LARINAE porte sur la recherche d’un système bas coût de neutralisation et à « longue élongation », soit au-delà de 50km à partir de son point de mise en œuvre. La cible peut être blindée;
  • COLIBRI porte sur la recherche d’un système bas coût de neutralisation de cibles, dans la zone de contact, soit au-delà de 5km à partir de son point de mise en œuvre.

Ces AAP sont - vous l'aurez forcément remarqué - particulièrement intéressants de part leur caractère "low cost" (moins de 20 000 euros pour le consommable). 

Les premières démonstrations sont envisagées 9 mois après la contractualisation des projets ciblés par COLIBRI, et un an après la contractualisation des projets ciblés par LARINAE.

Les munitions rodeuses sont un sujet que l'on a pu évoquer plusieurs fois sur ce blog, en premier lieu lors du conflit du Nagorno-Karabakh à l'automne 2020, et plus récemment bien sûr, dans notre appréciation de la guerre en Ukraine. 

L'avenir proche nous dira dont si le champion national MBDA ou d'autres acteurs (des dronistes ?) ont su proposer une solution viable aux armées françaises. 

Commentaire personnel: un "TB-2 à la française" ne serait pas de refus non plus…


Les fichiers sont à consulter ICI, sur le site de l'AID. Ils comportent plus de détails sur le matériel recherché.


3 commentaires:

  1. Commentaire personnel: un "TB-2 à la française" ne serait pas de refus non plus…
    Le Patroller n'est-il pas déjà un "TB-2 à la française" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on ne se trompe pas, le Patroller sera le bienvenu dans l'AdT. Mais le programme a accumulé bcp de retard (premier vol en 2009 !) pour x raisons qui sont identifiées.
      Nous sommes donc à ce stade très loin de la flexibilité offerte dans le cas du TB-2 (on osera dire rusticité), sans parler du caractère "low cost".
      Il pourrait enfin être théoriquement armé, c'est une volonté qui a été exprimée. Mais quand ?! Là encore, on aurait besoin de souplesse.

      Supprimer