jeudi 2 novembre 2017

Les drones armés (américains) arrivent au Niger


Probables conséquence de l'embuscade qui a coûté la vie à quatre bérets verts au Niger début octobre, les USA vont utiliser des drones armés au Sahel. Cette décision fait monter d'un cran le statut des opérations dans la bande sahélo-saharienne, et viendrait presque couper l'herbe sous les pieds des français, qui ont annoncé l'armement de leurs drones en septembre.

C'est officiel, le Niger autorise les Etat-Unis à utiliser des drones armés contre les groupes djihadistes opérant dans le nord du pays, à la frontière malienne. 
C'est là que le 4 octobre, 4 américains avaient été tués dans une embuscade dont les conséquences n'ont cessé de prendre de l'ampleur politique depuis. Une aide de 60 millions de dollars pour la force du G5 Sahel, initiative supportée par la France, ainsi que donc, le recours prochain aux drones armés dans la région.



Selon Reuters, c'est même le ministre nigérien de la Défense, Kalla Mountari, qui a fait cette demande aux Etats-Unis "il y a plusieurs semaines".

Difficile de dire si la décision a été précipitée par l'embuscade du mois d'octobre, car les américains opéraient déjà une montée en puissance au Niger, avec l'installation d'une base de drones (certes non armés) à 100 millions de dollars à Agadez, dans le centre du pays. En tout, avec une autre base dans la capitale Niamey, ils seraient 800 personnels au Niger.


Des conséquences pour les opérations françaises ?

Si l'on devrait rester sur une empreinte légère (ligh footprint), car c'est non seulement la doctrine héritée d'Obama, autour des drones et forces spéciales, mais aussi la politique stratégique américaine en Afrique, il se pourrait que l'arrivée de drones armés dans la BSS change un minimum la donne s'agissant des opérations françaises.

Le 4 octobre, ce sont des Mirage français de l'opération Barkhane qui sont intervenus auprès des américains, en moins d'une heure, mais ces derniers n'ont pas pu ouvrir le feu en raison de la proximité avec l'ennemi au sol. De même au moment de l'arrivée des hélicoptères Tigre français, les combats étaient trop rapprochés.
On entre là dans le cœur du débat sur l'utilité tactique des drones armés. Non seulement l'appareil pourra anticiper l'embuscade (puisqu'il surveille l'opération en temps réel), mais il offrira un appui aérien directement disponible. Le 4 octobre, c'est assez rare pour le souligner, les américains n'avaient pas de drone.

Quelles conséquences pour Barkhane donc ? Les français, par l'intermédiaire de la ministre Florence Parly avait annoncé à la rentrée que la décision était prise sur l'armement des drones Reaper de l'Armée de l'air à court terme.

Cependant, la France n'a à ce jour reçu que 6 drones de surveillance non-armés (5 basés au Niger, 1 à Cognac), et les 6 autres devaient arriver d'ici 2019, mais ce calendrier vient de glisser à 2020 pour le dernier appareil. L'armement de ces drones demandera également certaines mises à niveau techniques et opérationnelles... Bref, il faudra être un peu patient.

Sur une opération comme Barkhane, dont la zone est aussi vaste que l'Europe, le recours aux drones armés devient inévitable. Et il n'y a pas que Barkhane puisqu'une partie non négligeable des effectifs français au Sahel est affectée aux opérations spéciales: environ 3500h sur Barkhane, 500 sur Sabre.
Et c'est bien dans l'appui aux opérations spéciales que les drones armés pourraient jouer leur rôle le plus déterminant. On parle bien ici de neutralisation de cellules terroristes ou HVT (high value target).

Les questions portent donc aujourd'hui sur le rôle américain. Est-il destiné à dépasser le Niger ? A appuyer à terme les opération françaises, conventionnelles ou spéciales ? Le théâtre laisse t'il la place à deux "nations cadres" qui n'apprécient pas nécessairement les enjeux sous le même angle ? Jusqu’où américains et français sont ils prêts à aller dans la coopération (et le partage de renseignement) ? Quid de la relative (nous sommes déjà dépendants de bien des moyens logistiques de nos alliés) autonomie stratégique française en BSS ?

A la vue de toutes ces questions encore sans réponse, il semble bien que l'arrivée des drones armés américains au Niger soit en passe d'instaurer une nouvelle donne, qui verrait les USA prendre du poids dans la balance.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire