mercredi 20 décembre 2017

Avant les fêtes, Alain Juppé reçoit les militaires de Sentinelle


Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a reçu mardi 19 décembre à l'Hotel de ville 6 une cinquantaine de militaires, dans le but de remercier ces derniers et saluer leur action avant les fêtes de fin d'année. 

Photo: Alain Juppé, via Twitter.


Le maire de Bordeaux a tenu une nouvelle fois à remercier les soldats qui ont patrouillé toute l'année, quotidiennement, dans les rues de la métropole pour leur action. Et cela d'autant plus que la période des fêtes  fin d'année porte avec elle une certaine tension (rappelez vous les marchés de Noël il y a un an... Berlin).

Déjà, en juillet - en pleine canicule d'ailleurs, il était question de "rafraîchissement" si ma mémoire ne trahit pas ! - des militaires de Sentinelle provenant de régiment Terre et Air avait été conviés au palais Rohan.

Lire aussi: La ville de Bordeaux rend hommage aux soldats de Sentinelle



L'opération Sentinelle, à la fois largement soutenue par les français, et en même temps déjugée par l'institution défense au sens large en raison des contraintes opérationnelles, humaines, morales... qu'elle impose aux armées, subit désormais une réorganisation depuis septembre. Ce sont les choix d'Emmanuel Macron et sa ministre Florence Parly.

Sentinelle comprend désormais trois niveaux: un « dispositif permanent » pour la sécurisation de sites sensibles (écoles, lieux de culte..), touristiques, aéroports ou gares; un « échelon de renforcement planifié » pour la protection d'événements occasionnels, sportifs par exemple, ou saisonniers (Noël, festivals..); et enfin une « réserve stratégique » de 3 000 hommes. 
Il faut savoir que Paris et l’Île de France consomment une écrasante majorité de ces moyens. A Bordeaux (avant les annonces de septembre), été évoqué le chiffre de 300 militaires.



J'en profite également pour saluer le travail de ces femmes et ces hommes des armées, et leur souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année. Tout comme à ceux qui sont loin, sur les théâtres. Puissent-ils les passer avec tout le soutien de leurs proches, et celui des français...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire