jeudi 19 avril 2018

Le GIFAS à l'offensive en Inde


Le GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) mène du 16 au 19 avril en Inde une importante mission industrielle. La délégation emmenée par son président Eric Trappier a notamment signé un protocole d'accord avec la Société des constructeurs de défense indiens, le GIFAS local.

Ci-dessus: Pierre Bourlot, délégué général du Gifas, avec son homologue de la SIDM © Christophe Robin

Dans la foulée de la visite d'Emmanuel Macron, il s'agit pour les industriels français de ne pas relâcher la pression alors que le marché indien attire l’appétit de la concurrence, américaine en premier lieu. 

Eric Trappier, Président du GIFAS et Président du CIDEF (Conseil de la Défense Française) Industries), et PDG de Dassault Aviation, a emmené avec lui une soixantaine d'entreprises industrielles aérospatiales françaises pour cette mission de coopération. Entre le 16 et le 19 avril, la délégation aura fait escale à New Delhi, Bangalore, Mumbai et Hyderabad, où des réunions ont été organisées pour rassembler les secteurs entreprises des deux pays. 
Les principaux acteurs de l'ASD français sont présents: Airbus, ArianeGroup, Dassault Aviation, MBDA, Safran et Thales... mais aussi  54 sous-traitants, fournisseurs, PME et équipementiers.

L'objectif est bien sûr pour les français de promouvoir et de s'insérer dans la politique du Make in India, un objectif déjà bien entamé par divers partenariats, autour du contrat Rafale, mais pas seulement. 


Le Memorendum of Understanding signé entre les deux groupements ce 16 avril  « vise à promouvoir un cadre durable pour les partenariats actuels et futurs et les actions de coopération entre l'industrie aérospatiale française et l'industrie de défense indienne en réaffirmant la nécessité de développer les échanges commerciaux, par une coopération économique et industrielle renforcée , entre la France et l'Inde, et vers les clients à l'exportation », peut-on lire dans le communiqué de presse. 

Rappelons que l'Inde lance un nouveau programme pour 110 chasseurs bimoteurs, avec un engagement industriel sur place qui doit correspondre à 85% de la valeur du contrat. Si le Rafale, dont 36 exemplaires seront déjà livrés à l'Inde à partir de 2019, veut y prolonger sa lune de miel, le clan français devra se montrer encore plus persuasif que par le passé, la concurrence (Boeing conclut des accord sur place, pour y produire le F-18) comptant bien rattraper son retard.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire