vendredi 8 mars 2019

Dassault Aviation a confiance dans l'avenir


Terminons ce tour de l'industrie aérospatiale de défense avec les résultats 2018 de Dassault Aviation. Dassault Aviation a réalisé un chiffre d’affaires de près de 5,1 milliards d’euros, en augmentation de 4,10%. Un chiffre clé: 78% de ces résultats ont été réalisés à l’export.

Après Thalès ou Safran (voir précédemment sur ce blog), Dassault Aviation présentait la semaine passée ses résultats 2018.
L'avionneur a réalisé un chiffre d’affaires de 5,084 milliards d'euros (+4,10% par rapport à 2017). Ses commandes ont elles progressé de 34,5% pour atteindre 5 milliards d'euros, portées par les commandes Rafale du Qatar, 12 Rafale supplémentaires après les 24 commandés en 2015.

S'agissant des Falcon dans le domaine des business jets, 42 commandes ont été enregistrées, soit à peine 4 de plus qu’en 2017. On ne dirait pas, mais il s'agit d'un progrès notable dans un milieu en crise profonde depuis 2008.

Côté livraison, la France, qui passe au standard F3-R de l'appareil, a reçu 3 Rafale, et l’Égypte 9. 2019 verra les livraisons au Qatar, le premier appareil ayant été perçu en grandes pompes début février comme nous en avons parlé sur Pax Aquitania.
Comme prévu, la production de chasseur va largement s’accélérer avec la livraison cette année de 26 Rafale, tous destinés aux clients étrangers.



41 Falcon ont aussi été livrés à divers clients institutionnels ou privés. Après l'échec du 5X, programme plombé par les déboires de son moteur Silvercrest, l'avenir s'incarne désormais dans le 6X.

Pour le futur, si dans le civil, le 6X cristallise un bon nombre d'espoirs, tout roule du côté militaire avec le lancement du standard F4 (qui va amener d'ici au milieu des années 2020 le Rafale au niveau d'un avion dit de "5ème génération"), le prospect export du coté de la Suisse ou de la Finlande, et même aussi pour les Falcon avec les programmes CUGE (Capacité Universelle de Guerre Electronique ) de l'Armée de l'air ou AVSIMAR (avions de surveillance et d'intervention maritime) pour la Marine.

Aussi sur le blog: Voici le Falcon "EPICURE" destiné au renseignement


Enfin, c'est bien sûr le SCAF, le système de combat aérien du futur, qui associe désormais Français, Allemands et Espagnols avec au centre un nouvel avion de combat de nouvelle génération dont Dassault a obtenu la maîtrise d'oeuvre, qui s'impose comme le nouveau grand programme stratégique pour le groupe. Les premiers contrats d'études ont été lancés.

Dans le même temps, on confirme à Paris que le projet "FCAS" initial portant sur un drone de combat furtif franco-britannique est arrêté. Définitivement ? Probablement, mais l'avenir le dira...

A noter que le démonstrateur nEUROn vole toujours pour de nouvelles campagnes d'essais. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire