mardi 17 octobre 2017

Désormais trop à l'étroit à Dax, DCI étend l'activité du CIFH dans les Landes


DCI est à l'étroit à Dax ! Le groupe de conseil en défense et sécurité a signé un protocole de mise à disposition de plate-forme aérienne avec l’EAR (association Entente aéronautique rionnaise ) et la commune de Rion des Landes. Une partie des activités de formation des pilotes d'hélicoptères militaires y sera délocalisée.

Illustration: les EC120 Colibri (ou "radis", ça marche aussi) de la société Helidax, branche de DCI, à Dax dans les Landes - Helidax


Vu sur Sud Ouest, jeudi 12 octobre, en mairie de Rion des Landes, a eu lieu la signature tripartite du protocole de mise à disposition de plate-forme aérienne de la commune. Le bénéficiaire sera DCI, et plus précisément le CIFH, le centre international de formation hélicoptères.
On apprend également dans le journal que sont prévus à Rion trois stages de neuf semaines par an pour deux à six stagiaires, qui apprendront à réaliser des tours de piste en double commande ou en solo élève.

Comme vous le savez si vous suivez ce blog, la société DCI (Défense Conseil International), via sa filiale d'HéliDax, possède une base école pour la formation des pilotes d'hélicoptères de l'EALAT (école d'aviation légère de l'Armée de Terre) depuis 2010, à Dax.
Plus tard, en 2015, fort de son succès, le modèle était étendu à l'international avec l'ouverture du CIFH, qui joue pleinement depuis son rôle au "soutex", le soutien aux exportations (DCI est également impliquée sur la formation des opérationnels clients du Rafale).


Aussi sur le blog: La première promotion koweïtienne brevetée au CIF-H de Dax



Cette véritable externalisation et l'utilisation d'appareils civils ont permis de réduire le coût de l'heure de vol de 2300 à 1100 euros. En cause, la consommation de carburant et surtout la maintenance. Aussi, là où l'EALAT utilisait 53 hélicoptères Gazelle et 175 personnels, Helidax semble faire mieux avec moins de machines et 50 employés. Selon l'Armée de Terre elle-même, 100% du besoin exprimé est rempli par 36 hélicoptères, et ce notamment grâce à un taux de disponibilité record de 90% !  (données datées de 2015) 
De plus, Hélidax est maintenant sollicité pour des heures de substitution, c'est à dire que les régiments entretiennent directement leurs compétences via l'école de Dax, économisant ainsi des appareils militaires bien peu disponibles.



Lors de la signature à Rion les Landes, Antoine Beorchia (sécurité et qualité hélicoptères) et Fabrice Revel (formation hélicos et avions) du CIFH ont confié que l’aérodrome de Dax était désormais trop chargé, peut-on lire dans l'article de Sud Ouest. Le nouveau terrain « nous permet, aussi, de nous ouvrir sur le massif forestier, très prisé et bien moins encombré. »

Dernier détail, qui a son importance: la mise à disposition du site a été conclue et signée à titre gracieux pour une durée de deux ans, renouvelable une fois. En contrepartie, DCI assure la sécurité de l'enceinte (notamment contre les dégradations de... sangliers !) en s’acquittant de la pose d’une clôture de protection d’un coût de 3 404,30 €, très précisément.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire