mercredi 18 octobre 2017

Renault Trucks Defense... n'est plus à vendre


Contre toute attente, Volvo Group a mis fin au processus de cession de sa division Government Sales qui regroupe Panhard, Acmat et Renault Trucks Defense. En cause, la faiblesse des offres. le Français Nexter et le belge CMI étaient candidats à la reprise. 

Images - Reuters, RTD

Officiellement mise en vente il y a un an (voir lien ci-dessous) par le suédois Volvo, la division Government Sales du groupe, qui rassemble Panhard, Acmat et Renault Trucks Defense en France, ainsi que Mack aux États-Unis ne sera finalement pas cédée. Les offres reçues ne reflètent en effet pas la valeur de cette division, selon le Deputy CEO et CFO de Volvo, Jan Gurander: « Volvo Group Governmental Sales se développe positivement et s’est construit un carnet de commandes conséquent. Nous avions annoncé notre volonté de céder cette activité, mais les offres reçues ne reflètent pas sa valeur. Nous avons donc décidé de mettre fin au processus de cession ».


Volvo comptait via cette cession se désengager de la défense. La division Volvo Government Sales, si elle ne représente qu'1,5% des ventes du groupe, comprend pourtant des industriels essentiels pour les programmes de l'Armée de terre notamment, et l'emploi en France.
Renault Trucks Defense (RTD), c'est par exemple 1 200 salariés dont une partie à Limoges, la modernisation des VAB, ou la production des 4x4 Sherpa destinés aux forces spéciales.
C'est aussi via Acmat à Saint-Nazaire la militarisation des 3700 Ford Everest qui seront les nouveaux Véhicules légers de transport de personnes non protégé (VLTP-NP) des armées, remplaçant du légendaire P4.




Le français Nexter, ou plus précisément groupe franco-allemand KNDS (KMW & Nexter Defense Systems) et le belge CMI, qui avait fait une offre audacieuse, étaient candidats à la reprise. On évoque une offre de CMI avoisinant les 400 millions d’euros, et une de KNDS entre 300 et 400 millions. Or, Volvo Group attendait lui  entre 500 et 700 millions d’euros de cette vente.

S'il est compréhensible qu'avec les perspectives du marché, Volvo ne brade pas ces quelques bijoux de famille, on pourra regretter l'occasion manquée de voir réunies sous la même bannière plusieurs majors de l'armement terrestre européen, notamment fournisseurs des armées françaises. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire