mercredi 21 février 2018

Le Centre Jean Moulin ferme ses portes pour 5 ans


Principale enceinte dédiée à l'histoire militaire à Bordeaux, le Centre national Jean-Moulin est désormais fermé au public. Des travaux lourds de rénovation et de modernisation vont être entrepris jusqu'en 2023.

Le Centre national Jean Moulin, situé face à la cathédrale de Bordeaux, est le lieu dédié à la Résistance, la Déportation et aux Forces Françaises Libres. Ses collections permanentes comme temporaires rendent hommages à des passages plus ou moins connus des deux guerres mondiales (rôle de la propagande, ... arrivée des américains en 1917 dernièrement).

Cinq ans pour rénover entièrement ce superbe, mais totalement vétuste, bâtiment situé en plein cœur de la ville, et en repenser les collections. 
Entre 8 et 10 000 objets et documents seront ainsi recensés et numérisés. Une collection non négligeable.

A sa réouverture en 2023 (au mieux 2022, mais cela reste loin), le centre sera à la page du numérique. C'est une tendance dans les musées, surtout à Bordeaux depuis l'ouverture de la Cité du Vin. La volonté est en effet la même du côté de la future cité de l'aéronautique.

Lire sur le blog: le projet Tarmaq se concrétise à Mérignac



Cependant la vraie évolution, particulièrement intéressante, concerne le concept même du Centre. On peut lire en effet dans Bordeaux7 les propos de Christian Bloch, Directeur du Centre: « On ne peut plus représenter la période de la Seconde Guerre Mondiale figée dans son temps, insiste le directeur. Il faut lui redonner une dimension contemporaine, la mettre en regard avec ce qu’on observe aujourd’hui, les rouages des conflits en cours, la montée de nouvelles idéologies totalitaires… Nous allons œuvrer pour aborder la Résistance, les résistances, de manière globale afin de les replacer au cœur des interrogations de la cité et d’éclairer le présent. »

De là à espérer que le Centre Jean Moulin devienne un véritable hubb culturel autour des problématiques touchants aux conflits, il n'y a qu'un pas, que l'on aimerait franchir. D'autant plus quand on sait que le pôle universitaire développe depuis peu son projet CONFLITARM... (et s'il faut contribuer, votre serviteur est même prêt à mettre la main à la pâte !).

Sur le blog: ConflictArm, une approche pluridisciplinaire de la conflictualité armée



Malheureusement, il faudra donc attendre quelques années, avec fatalement, moins d’expositions sur les thèmes de la défense et de son histoire. Le fonds restera néanmoins consultable au musée d’Aquitaine pour les chercheurs, et des conférences auront lieu sur d'autres sites (on en reparle très vite d'ailleurs). Une partie de la collection sera même exposée temporairement au Musée d'Aquitaine l'an prochain, et toujours selon Bordeaux7, et en 2020 avec une préfiguration de sa future scénographie. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire