mardi 26 septembre 2017

L'écosystème du Rafale s'engage pour le « Make in India »


La « Rafale Team », ou plus officiellement le GIE Rafale International a fait savoir ce 21 septembre qu'elle s'engageait, en partenariat avec le GIFAS et le Conseil régional de la région Nouvelle Aquitaine, avec plus de 100 PME françaises pour le « Make in India ».

Illustrations: logo du « Make in India », et campagnes récentes de Rafale International en Inde.


On l'apprend via un communiqué de presse des industriels concernés, le Groupement économique industriel Rafale International composé de Dassault Aviation, Safran et Thales, a rencontré plus de 100 PME françaises en présence de représentants de l’Ambassade d’Inde en France, au cours de deux séminaires de travail qui se sont tenus le 19 septembre à Paris en partenariat avec le GIFAS et le 21 septembre à Bordeaux sous le patronage du Conseil régional de la Nouvelle Aquitaine (les plus fidèles lecteurs de ce blog noteront que la Région, bien consciente des enjeux pour son tissu économique, est très portée vers l'international).

BPI France et la Direction Générale de l’Armement ont également participé à ces deux événements.

Le communiqué nous indique qu'à l’occasion de ces rencontres, Rafale International et ses partenaires ont exposé leur engagement dans la politique du « Make in India » et présenté les opportunités qui s’offraient aux PME françaises pour investir et installer des activités de production en Inde à leurs côtés dans le cadre du programme de compensations Rafale pour l’Inde.

Les représentants de l’Ambassade d’Inde ont souligné l’importance fondamentale des politiques « Make in India » et « Foreign Investment » (Investissement Étrangers) pour les secteurs de l’aéronautique et de la défense indiens et ont participé aux déjeuners de travail qui ont suivi afin de pouvoir répondre aux questions des entreprises françaises participantes.

Politique stratégique pour l'Inde qui désire s'affranchir de son énorme dépendance aux importations, et ce surtout dans les domaines de l'ASD, le « Make in India » est un devenu un véritable enjeu de séduction pour les grands pays exportateurs. Nous l'avons encore vu récemment, la bataille fait rage chez les avionneurs militaires notamment, qui cherchent à développer les partenariats industriels sur place.

S'il a vraiment eu des difficultés à décoller, le « Make in India » devient jour après jour de plus en plus concret.
Sur ce point, les français sont très actifs, nous le voyons avec Dassault Aviation bien sûr qui multiplie les initiatives de coopération en Inde (d'abord des pièces de Rafale, un jour finalement un assemblage complet ?), mais nous pourrions aussi citer les projets d'Aerocampus, ou de Safran qui soutient la constitution d'une filière "missiles".

Les perspectives plutôt optimistes autour du Rafale (un potentiel d'une centaine d'appareils pour les forces aériennes et la marine indienne) peuvent nous amener à penser que ces efforts porteront leurs fruits à l'avenir, que ce soit à court, moyen... ou même long terme ! Certes il y a d'importants transferts de technologies (en revanche on oublie souvent le nécessaire transfert de... compétences) et l'Inde cherche avant tout l'indépendance militaro/industriel, mais Rome ne s'est pas faite en un jour.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire